Le SERGENT BLANDAN

Lundi 11 avril 2011 // 8 : La REGION et l’AVENTURE OUTRE-MER

Le sergent BLANDAN (1819-1842) un héros lyonnais :

Jean Pierre Hippolyte Blandan est né à Lyon le 9 février 1819, fils d’un empoyé d’octroi originaire de Lons-le-Saunier. En février 1837, à 18 ans, le jeune Blandan devient engagé volontaire pour 7 ans au 8° régiment de ligne. En 1838 il est affecté au 26° RI présent en Algérie depuis septembre 1837. Son régiment participe à tous les combats de la conquête dans la province de Constantine (1837-1841), puis rejoint Alger et Boufarik. Blandan est nommé caporal en 1939 puis sergent le 1er février 1842.

Deux mois plus tard le 11 avril 1842, le sergent est désigné pour conduire un détachement transportant le courrier de Boufarik à Beni-Mered (8/9 km) dans la plaine de la Mitidja au sud-ouest d’Alger. Le détachement compte 16 hommes à pied du 26° RI et 3 cavaliers du 4° chasseurs d’Afrique et un chirurgien sous-aide major. Après une heure de marche, ils sont attaqués par 200 à 300 cavaliers arabes : Blandan refuse de se rendre et exhorte sa petite troupe à résister ; blessé, il leur crie "courage mes amis, défendez-vous jusqu’à la mort !". La garnison de Boufarik alertée par le bruit du combat envoie des renforts de cavalerie, qui repoussent les assaillants : cinq soldats seulement sont indemnes, tous les autres sont morts ou blessés. Blandan décède de ses blessures dans la nuit à l’hôpital de Boufarik. Il est inhumé le surlendemain de la bataille avec 6 de ses soldats.


Au milieu de deux décennies de combats pour la conquête de l’Algérie, cet épisode n’a aucune importance stratégique. Mais ce fait d’armes glorieux fut cité en exemple par le général Bugeaud ; la résistance héroïque d’un simple sergent a fait honneur à l’armée et a eu un important retentissement patriotique.

Dés 1843 la municipalité de Lyon contribue à l’érection d’un monument commémoratif sur les lieux : un obélisque de 22 m de haut. Des statues du sergent seront érigées à Boufarik et à Blida. La statue en bronze de Boufarik a été transférée en 1962 à Nancy, ville du 26° RI : placée dans une caserne, elle a nouveau été déplacée en 1990.

En 1887 à Lyon la rue Saint-Marcel (ancienne voie du Rhin aboutissant à la montée de la Grand-Côte) au sud de la place Sathonay est rebaptisée rue du Sergent Blandan. Un comité animé par le général Zédé gouverneur militaire de Lyon (1895-1902) désire honorer la mémoire du sergent en lui consacrant un monument. C’est chose faite le 22 avril 1900 : une statue en bronze est inaugurée sur la place Sathonay dans le 1er arrondissement. Cette statue est déposée et fondue en 1941. Il faudra attendre 1962, pour que le socle abandonné reçoive une nouvelle statue en pierre, actuellement bien encrassée... Mais le sergent Blandan veille toujours sur la place Sathonay.

En 1942 à l’occasion du centenaire de sa mort, le nom du sergent a également été donné à la caserne du fort La Motte dans le 7ème arrondissement : cette emprise de 17 hectares fait actuellement l’objet d’un projet de réaménagement urbain sous le nom de "parc Blandan".

Source : encyclopédie-afn.org