Le 54ème REGIMENT D’ARTILLERIE

Mardi 25 octobre 2011 // 15 : Les INSTITUTIONS MILITAIRES

UN RÉGIMENT LYONNAIS, Le 54ème RÉGIMENT D’ARTILLERIE :

LA CRÉATION et LA GRANDE GUERRE

Le 1er mars 1910 est créé à Lyon le 54° Régiment d’Artillerie de Campagne (RAC) : il fait partie des 22 régiments supplémentaires créés pour renforcer en artillerie les divisions d’infanterie (DI), ici la 28° DI. Le colonel Dupont reçoit le drapeau du régiment le 14 juillet 1910 des mains du président Fallières. Le régiment s’installe au quartier de la Vitriolerie (aujourd’hui quartier Général Frère).

JPEG - 47.3 ko
Les officiers vers 1912

Il est doté du nouveau canon de 75 hippomobile et les hommes qui vont y servir sont le plus souvent originaires de la région. En 1914 les batteries 4 à 9 sont à Lyon, en partie à la caserne de la Doua, les batteries 1 à 3 au camp de Sathonay. L’artillerie à cheval de la 6ème division de cavalerie lui est rattachée (batteries 10-11).

Le 54 est encore un jeune régiment, quand en août 1914 il rejoint les Vosges avec ses 4 groupes de 3 batteries de 4 pièces (soit 48 tubes). Pendant toute la durée de la Grande Guerre le 54 sera sur tous les fronts : Vosges, course à la mer 1914, Champagne 1915, Verdun 1916, la Malmaison 1917 avec une citation et la croix de guerre, les Flandres au mont Kemmel 1918 avec une deuxième citation. En janvier 1919 le maréchal Pétain remet la fourragère aux couleurs de la croix de guerre au drapeau, qui depuis porte les noms de VERDUN, la MALMAISON, FLANDRES. Le 54 rejoint la Vitriolerie en juillet 1919.

JPEG - 53.8 ko
le colonel et le drapeau vers 1925

L’ENTRE-DEUX-GUERRES

En 1924 le 54 devient régiment d’artillerie divisionnaire (RAD). En mai 1925, un groupe de deux batteries dotées du canon de 155 court part pour 6 mois au Maroc pour participer à la guerre du Rif. Les années qui suivent sont sans évènements remarquables. Les manoeuvres se font dans les camps de la Valbonne, du Valdahon ou même du Larzac. A la fin des années 1920, des engagés volontaires marocains viennent remplacer les conscrits métropolitains. Le 54 devient alors le 54° Régiment d’Artillerie Nord Africaine (RANA) et fait partie de la 1° division d’infanterie nord-africaine (1° DINA), dont le quartier général est à Lyon. il compte 2000 hommes et 2000 chevaux. Une partie est logée à la Part-Dieu.

DE LA CAMPGNE 1939-1940 A LA GUERRE D’ALGERIE

En septembre 1939 la guerre est déclarée. Le 54 fait toujours partie de la 1° DINA ; il prend position sur la ligne Maginot dans le nord de la Moselle (Apach). Le 13 mai 1940 la division fait mouvement vers l’ouest pour contenir l’offensive allemande. Le 54 combat dans l’Aisne en utilisant les canons de 75 comme antichars. Le 1er un groupe de 213 hommes réussit à embarquer pour l’Angleterre à Dunquerque ; ils seront répatriés en Bretagne. Le 5 juin à Bernay (28) les éléments du 54° RA se regroupent, ils forment 2 groupes qui participent à la défense des ponts de l’Orne : ils sont faits prisonniers. Le 54° RA est dissous le 31 juillet 1940.

En août 1940 est créé le 63° RAA (Régiment d’Artillerie d’Afrique) qui combat valeureusement en Tunisie (1942), en Italie (1943), en France (1944) et en Allemagne (1945). Ce régiment est dissous en avril 1946. L’un de ses groupes stationné à Lure est rebaptisé 54° RA. Il accueille pendant 3 ans une batterie anti-aérienne équipée de canons de 40 mm Bofors.

Mais le 54 est encore pour quelques années un régiment sol-sol bientôt doté de canons automoteurs AMX de 105 mm. En 1954 en garnison à Lure il est composé de 3 groupes dont l’un est stationné à Epinal. Il constitue un groupement de marche qui part combattre en Algérie sous les couleurs du 28° RA. Le 54° RA est à nouveau dissous en 1962.

LE REGIMENT D’ARTILLERIE ANTI-AERIENNE

En 1969 est créé le 454° GAAL (Groupe d’Artillerie Antiaérienne Légère) qui en 1970 reprend l’appellation de 54° RA, régiment d’artillerie sol-air. Il est alors en garnison à Verdun et équipé de canons de 40 mm Bofors tractés et de bitubes de 30 mm. En 1979 le 54 est le premier régiment à recevoir des systèmes d’armes Roland. En 1984 il est dissous ; mais aussitôt récréé à Hyères (83) au quartier Vassoigne par changement d’appellation du 405° RAA. Ce dernier régiment sous l’apellation de 405° RA-DCA avait stationné au camp de Sathonay entre 1920 et 1939.

JPEG - 27 ko
Système CAROL

Depuis 27 ans le 54 est à Hyères. A compter de 1992 le régiment reçoit les premiers lanceurs Mistral puis les cabines de détection NC1 "Samantha". En 2007 il comptait 2 batteries de tir Roland "CAROL" et 3 batteries de tir MISTRAL. En avril 2010 le 54° RA a fêté son centenaire. En 2011 le 54 est un régiment de défense anti-aérienne à 4 batteries de tir MISTRAL de 3 sections équipées de missiles sol-air. Il doit en plus armer 2 postes de commandement de groupement tactiques sol-air avec le nouveau système MARTHA.

dernière modification 06/2015
sources : Gazette du Musée n° 78-12/2007 - la Gazette des Palmiers n°139 spécial centenaire - avril 2010