L’ECOLE de SANTE des ARMEES de LYON

Mardi 6 décembre 2011 // 15 : Les INSTITUTIONS MILITAIRES

L’ÉCOLE de SANTÉ des ARMÉES de LYON (ESA) :

L’École de Santé de Lyon est l’héritière de l’École Impériale du Service de Santé Militaire créée en 1856 à Strasbourg pour héberger et encadrer les élèves médecins et pharmaciens militaires pendant leur cursus unversitaire. Les élèves medecins y deviennent populaires sous le nom de "carabins rouges". Mais en 1870 la ville est assiégée : les élèves les plus jeunes participent courageusement aux secours pendant le siège (quatre y sont tués). Strasbourg tombe aux mains des allemands et l’école est fermée.

Il faut attendre la décennie 1880 pour que s’impose à nouveau la nécessité de réunir et d’encadrer les élèves médecins de santé militaires dans une école pendant leur formation universitaire. En 1883 Gailleton le maire de Lyon propose sa ville. La décision est prise fin 1888 de créer cette école pour l’Armée de Terre et la ville de Lyon est choisie. La mairie de Lyon s’engage à faire construire et installer les bâtiments de l’École sur l’avenue des Ponts du Midi (future avenue Berthelot). En attendant dès le printemps 1890 les premiers élèves, qui seront bien vite appelés les "Santards", s’installent à l’Hôpital Desgenettes (l’ancien) quai de la Charité.

La nouvelle École du Service de Santé Militaire (ESSM) n’ouvre ses portes que pour la rentrée 1894 et est inaugurée en mai 1895. C’est une construction de qualité en pierre de Villebois, qui occupe 2 pâtés de maison. Le long de l’avenue le bâtiment de façade accueille les salons, les bureaux et les logements des cadres.
La cour d’honneur est entourée par trois pavillons baptisés "Percy", "Desgenettes" et "Larrey" auxquels sont annexés un amphithéâtre et un réfectoire. Ces bâtiments sont reliés par une passerelle au dessus de la rue de la Méditerranée (aujourd’hui rue E. Rognon) au second groupe de bâtiments occupés par les annexes : infirmerie, gymnase, habillement, douches, chaufferie...
A la même époque est inaugurée en 1890 à Bordeaux l’École du Service de Santé pour la Marine et les troupes de Marine, dont les élèves seront appelés les "Navalais". Les deux écoles vont coexister pendant 120 ans, jusqu’au regroupement à Lyon en 2011...

La vie des santards à Lyon se partage entre la faculté de médecine, l’hôpital et l’École, où ils bénéficient en plus d’un enseignement militaire, de conférences, d’activités sportives, de "colles"... Ils portent la tunique noire et le pantalon rouge. L’École s’honore de la thèse de médecine en 1897 de l’élève Ernest Duchesne intitulée : "Contribution à l’étude de la concurrence vitale chez les microorganismes - Antagonisme entre les moisissures et les microbes". C’était la porte ouverte à la naissance de l’antibiothérapie, mais cette piste de recherche va être négligée pendant encore quelques décennies...

Le 2 août 1914, les 542 santards sont mobilisés : 44 d’entre eux meurent pour la France. Pendant les années de guerre, l’ESSM devient l’hôpital complémentaire n°9 avec 200 lits. Octobre 1919 : réouverture de l’ESSM pour 336 anciens santards et 105 nouveaux élèves, dont les premiers élèves pharmaciens. Les élèves portent alors la tenue bleu-horizon.
La croix de Guerre 1914-1918 est décernée à l’ESSM en 1926 ; elle lui est remise en même temps que son drapeau en mai 1928. En 1932 le tenue de travail devient kaki et la grande tenue noire et rouge est rétablie. A partir de 1933 l’hôpital Villemanzy sur les pentes de la Croix-Rousse devient une annexe de l’ESSM pour y loger une partie des élèves. Après la création de l’Armée de l’Air en 1933, un certain nombre d’élèves peuvent opter pour celle-ci. La légion d’Honneur est remise à l’ESSM en 1935 lors d’une prise d’armes place Bellecour.

Après la défaite de 1940, l’École doit accueillir une partie des élèves de l’Ecole Polytechnique repliée à Lyon ; une partie des santards est logée à l’hôpital Villemanzy. En novembre 1942 les allemands occupent Lyon : les santards se replient sur Villemanzy et le nouvel hôpital Desgenettes en construction ; ils doivent se mettre en civil et l’ESSM devient l’ESS. L’École est occupée par les allemands, elle devient le siège de la Gestapo : des résistants y sont interrogés et torturés, beaucoup ne survivent pas. Le 26 mai 1944 le bombardement des voies ferrées par les alliés atteint l’École : le bâtiment de façade est détruit.

Les santards retrouvent en janvier 1946 leur école redevenue ESSM ; elle est décorée de la croix de guerre 39/45 dès le mois d’avril : 14 élèves sont morts pour la France. Le nouvel insigne de l’ESSM en 1947 associe par tradition les blasons de Strasbourg et de Lyon. Le bâtiment de façade a été rasé au niveau du rez-de-chaussée et la cour de l’École fermée par une palissade, qui sera très pratique pour les santards pour "faire le mur". Dans les années 50 apparaît une nouveauté d’avenir : l’ouverture du concours aux filles de 1953 à 1956. La reconstruction de la façade sur l’avenue est achevée en 1962 : ce sont 2 bâtiments séparés par un péristyle.

En 1971 le Service de Santé devient interarmes. Une nouvelle tenue interarmes bleue avec casquette remplace le kaki et le képi, ainsi que la tenue de cérémonie avec bicorne dite tenue "pinder". Les écoles de formation sont fusionnées en une seule École du Service de Santé des Armées (ESSA), mais qui garde les 2 implantations de Bordeaux et Lyon... En 1973 l’ESSA est à nouveau ouverte aux filles, dont le nombre va devenir de plus en plus important.

JPEG - 50.4 ko
1976 : coiffes bleues et sac à main pour les filles

Dans les années 1960 l’infrastructure de l’École ne correspond plus aux normes modernes. La construction d’une nouvelle école est décidée en 1970 sur le terrain de l’ancienne base aérienne de Bron. Construite entre 1979 et 1981, la nouvelle École ouvre ses portes en juillet 1981 et l’inauguration officielle a lieu en novembre. L’École occupe un vaste espace et offre aux élèves des locaux surdimensionnés avec un confort et des installations pédagogiques et sportives de haut niveau. Les nouveaux locaux sont très fonctionnels, mais manquent un peu d’âme, surtout au début... En 1988 est célébré avec faste le centenaire de l’École.

JPEG - 48 ko
Baptême de promotion 2003

Chaque année en octobre a lieu le baptême de la promotion entrant en 2ème année après avoir franchi le barrage du concours de 1ère année... La promotion baptisée en 2010 a pris le nom de baptême de "carabins rouges".

En 2008 la fermeture progressive de l’École de Bordeaux est décidée ; elle devient effective en 2011. Tous les élèves sont regroupés à Bron et l’École unique a pris le nom officiel d’ École de Santé des Armées (ESA) en juillet 2011 avec un nouvel insigne.

L’ancienne École de l’avenue Berthelot, revenue à la ville de Lyon est devenue le "Centre Berthelot", qui accueille le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD), l’Université Lyon 3 Jean Moulin, l’Institut d’Études Politiques, l’Espace Rhône-Alpes, Handicap International, l’orchestre de l’opéra de Lyon...

Sources : Méd.Gal. Chanteloube - Album du Centenaire - Lavauzelle 1988 / Album photographique ESSM - J.Blanc 1911