Les MARECHAUX D’ORNANO

Mercredi 9 mai 2012 // 4 : Des GUERRES d’ITALIE à la REVOLUTION

Les MARECHAUX D’ORNANO :

Cette famille corse a donné à la France deux grands soldats en relation avec la région.

ALPHONSE D’ORNANO, Maréchal de France (1548-1610)

Né en 1548 à Bastelica (Corse du sud), il est fils de Sampiero de Bastelica, dit Sampiero Corso (1498-1567) et de Vannina dame d’Ornano (1516-1563). Il passe sa jeunesse en France avec sa mère à la cour de Henri II, où il est enfant d’honneur des fils de France. En 1566, à 18 ans, ayant adopté le nom de sa mère, il revient en Corse combattre les Génois sous les ordres de son père tué en 1567. Alphonse remplace son père, mais après deux ans de lutte, il doit traiter avec les Génois et revient en France au service du Roi. En 1574 le sénat de Gènes l’autorise à lever en Corse un régiment de 1000 hommes. Nommé colonel d’Ornano est de toutes les campagnes.
Fidèle à Henri III, il est nommé gouverneur d’Aix-en-Provence en 1578 et de l’île de Porquerolles en 1580 et Colonel-Général des Corses en 1584.

En 1587, il intervient dans le Dauphiné : à Jarrie il contribue à la défaîte des réformés conduits par Lesdiguières et soutenus par un fort contingent suisse. En 1589, à la mort de Maugiron, il est nommé lieutenant-général par Henri III en Dauphiné. À la mort du roi, il se rallie à Henri IV et traite avec Lesdiguières, chef des Réformés du Dauphiné, avec lequel il s’allie pour s’opposer au Duc de Nemours (Charles-Emmanuel) gouverneur de Lyon, favorable à la Ligue et ennemi du Roi. Ornano est battu et capturé à Givors ; il parvient à s’échapper et avec Lesdiguières reprend Givors en 1591.

La conversion d’Henri IV en 1593 change la donne : les lyonnais se révoltent contre le despotisme du duc de Nemours qu’ils emprisonnent (septembre). Le consulat finit par se rallier au Roi : d’Ornano et les troupes royales entrent à Lyon le 7 février 1594. De nouveaux échevins sont nommés. D’Ornano tient le rôle de Gouverneur de Lyon sans en avoir le titre ; il doit encore réduire des places restées fidèles à Nemours et à la Ligue. Il reprend Thoissey en Dombes après un siège de 10 mois (1594-95) et Vienne par surprise et enfin Montbrison qui ne se rend qu’en avril 1596. Entre temps Henri IV a pu faire une entrée solennelle à Lyon le 4 septembre 1595.
D’Ornano est nommé maréchal de France en 1597 ; il se démet alors de la charge de colonel-général des corses en faveur de son fils. Lesdiguières lui succède comme lieutenant-général en Dauphiné. Il est ensuite en 1599 nommé lieutenant-général du Roi en Guyenne à Bordeaux, ville dont il devient maire. Il y fait preuve d’un grand dévouement pendant la peste de 1604, avant de mourir à Paris en 1610. Une rue des pentes de la Croix-Rousse (Lyon 1er) lui est dédiée.

JEAN-BAPTISTE D’ORNANO, Comte de MONTLAUR (1581-1626)

Fils d’Alphonse et de Louise de Pontevès, il naît à Sisteron. Capitaine de chevau-légers, il sert dès 1596 aux sièges d’Amiens et de la Fère. en 1597 il hérite de son père la charge de colonel-général des corses ; il participe aux opérations en Savoie (1600).
Lieutenant-général en Guyenne en 1610, puis de Normandie en 1617, il a épousé en 1611 Marie de Maubec-Montlaur, héritière du château d’Aubenas. Il devient comte de Montlaur, baron d’Aubenas et de Maubec.

Maréchal de camp en 1619, il est nommé gouverneur de Monsieur, Gaston d’Orléans frère de Louis XIII sur lequel il a un excellent ascendant. En 1624 influencé par sa mère et Richelieu, Louis XIII le remercie, mais trois mois plus tard sa charge lui est rendue. Ornano en conserve une rancune certaine, malgré son élévation au maréchalat (janvier 1626). Cette même année une nouvelle conspiration se monte autour de Gaston d’Orléans. Le maréchal d’Ornano est arrêté en mai. Son procès est entamé, mais il meurt au château de Vincennes le 2 septembre 1626 avant la condamnation attendue. Sa veuve restée sans enfants lui fait élever un mausolée à Aubenas.