PEGOUD, AS de l’AVIATION

Lundi 13 mai 2013 // 10 : La GRANDE GUERRE 1914-1918

ADOLPHE PÉGOUD (1889-1915) AS de L’AVIATION :

Célestin Adolphe Pégoud est né à Montferrat (Isère), fils de petits propriétaires terriens. Il a soif d’aventures et à 18 ans en 1907 s’engage au 5° Chasseurs d’Afrique au Maroc, puis en Algérie. Ayant contacté le paludisme, il est muté en 1909 au 2° Hussards de Gray, puis au 3° Régiment d’Artillerie Coloniale à Toulon. Il s’y lie avec le capitaine Carlin, passionné d’aviation. Ils sont mutés ensemble au camp de Satory, où Pégoud va faire son baptême de l’air en octobre 1911. Il participe aux manœuvres de 1912 comme aide-mécanicien, mais son but est désormais de devenir aviateur.

Dès la fin de son engagement militaire en février 1913, il passe son brevet de pilote et est aussitôt embauché comme pilote d’essai chez Blériot. En août 1913, il expérimente et réussit le saut en parachute en abandonnant son avion en vol. Le mois suivant il réalise le premier vol "tête en bas" puis un looping, qu’il refait en public le 21 septembre. Cela lui vaut une grande notoriété. Il se consacre alors à l’acrobatie aérienne avec de nombreuses démonstrations en Europe.

Août 1914 début de la Grande Guerre... le brigadier pilote Pégoud est affecté à la défense de Paris. En octobre des reconnaissances pour la III° armée dans la région de Maubeuge lui valent une première citation. Il va bientôt abattre son premier avion ennemi en combat aérien. En février 1915, il abat 2 avions ennemis et force un troisième à se poser derrière les lignes françaises. son avancement est rapide : il est nommé sergent, puis adjudant, puis sous-lieutenant. En avril 1915 il est muté à l’escadrille MS49 de Belfort, où il vole sur avion Morane-Saulnier. En juillet 1915 une sixième victoire aérienne lui vaut une 2ème citation.

Il venait d’être nommé chevalier de la Légion d’Honneur, quand malheureusement il est abattu en combat aérien le 1er septembre au dessus de Petit-Croix à l’est de Belfort. Son vainqueur survole le lieu du combat quelques jours après et y jette une couronne de laurier en honneur de Pégoud ; il sera lui-même abattu et Pégoud "vengé" en mai 1916.

Pégoud est enterré au cimetière Montparnasse à Paris et un monument commémore sa mémoire dans son village natal. Sa mort est annoncée en première page du "Progrès" du jeudi 2 septembre 1915 avec une photo sur laquelle figure le dessin de son looping.

Images : l’Illustration 1915 - Wikipedia / journal Le Progrès - bibliothèque municipale