Le 93° RAM

Mardi 9 décembre 2014 // 15 : Les INSTITUTIONS MILITAIRES

LE 93° RÉGIMENT D’ARTILLERIE de MONTAGNE :

L’ARTILLERIE de MONTAGNE :
La loi du 24 décembre 1888 officialise l’existence des Troupes de Montagne et crée des Groupes Alpins comprenant un bataillon de Chasseurs Alpins (ou d’infanterie alpine), des éléments du Génie et une batterie d’artillerie. Pour le XIV° CA (Lyon) le 2° Régiment d’Artillerie (RA) de Grenoble fournit 8 batteries. Les artilleurs utilisent d’abord le canon de 80 modèle 77 de Bange, puis le 65 de montagne. Ces canons sont démontables et transportables par des mulets.

En juillet 1909 l’Artillerie de Montagne est officiellement créée avec 2 régiments : le 1°RAM à Grenoble et le 2° RAM à Nice. En 1910 le 1°RAM regroupe les 8 batteries alpines du 2° RA. Les artilleurs portent le drap bleu foncé de l’artillerie avec le béret alpin.
À la mobilisation de 1914 le régiment est augmenté de 8 batteries de réserve ; il est engagé dans les Vosges au coté des chasseurs alpins pendant la première année. Par la suite les batteries sont employés dans des divisions et des terrains de combat différents. En décembre 1917 le régiment possède 28 batteries : 12 sur le front ouest surtout en Italie et 16 à l’armée d’Orient.

LE 93° RAM :
En 1923 les RAM sont renumérotés et les traditions du 1°RAM sont reprises par le 93° RAM créé à Grenoble et installé au quartier Hoche. Une batterie est envoyée en 1925 au Maroc pour la guerre du Rif. À la fin des années 1920 le canon 65M est remplacé par le 75 de montagne (75M) et le 105M. Les hommes sont entraînés par des marches et exercices en montagne.

LA CAMPAGNE des ALPES 1940 :
À la mobilisation de 1939, le 93 est dédoublé en :
- 293° RALD (Artillerie Lourde Divisionnaire) équipé de canons de 155.
- 93° RAM à 3 groupes équipés de canons 75M et 105M.
Le 93 devient le régiment d’artillerie de la 64° Division de l’Armée des Alpes. Jusqu’en février il stationne dans la région de Gex, puis en mars vient se positionner dans le Briançonnais, le Queyras et en Ubaye. Seul le 3° groupe dans le Queyras va participer aux hostilités : l’artillerie stoppe les italiens sur les hauteurs d’Abries. Le 93° RAM est dissous en juillet 1940.

La CAMPAGNE DES ALPES 1945 :
Après la Libération en fin de l’année 1944 la 27° Division Alpine est recréée à partir des bataillons FFI, dont le 93°RAM, qui est encore remanié en mars 1945. Sur le front des Alpes le régiment est éclaté : les groupes II et III sont dans le secteur nord.
Dans ce secteur une batterie du 93°RAM réussit à monter 2 pièces de 75 au col du Midi à 3600 m d’altitude dans le massif du mont-Blanc et à contenir efficacement l’ennemi. En Tarentaise le 93 appuie les combats du Roc Noir (13°BCA) et en Maurienne les combats du Mont-Froid.
le groupe I est dans le Briançonnais en appui du 99° RIA : les troupes entrent en Italie le 26 avril.

L’APRES-GUERRE :
Le 93° stationne en Italie en mai 1945 puis revient dans la région de Grenoble. En septembre 1945 le régiment part en Autriche dans la zone d’occupation française autour d’Innsbruck ; il est équipé de matériel américain. Mais bientôt interviennent des réductions d’effectifs : le 93 est dissous, réduit à un groupe le II/93 renommé I/93 en août 1946. Il stationne à Seefeld jusqu’en 1948 et retrouve Grenoble au quartier Bayard devenu quartier de Reyniès du nom d’un officier résistant arrêté à Grenoble en mai 1944. Le I/93 redevient 93° RAM en juillet 1949. Le régiment s’entraîne en été au camp des Rochilles près du Galibier et en hiver à l’Alpe d’Huez.

JPEG - 62.7 ko
Seefeld 1947

La GUERRE D’ALGÉRIE :
À l’été 1955, le 93°RAM est scindé en deux.
- Le II/93°RAM part pour l’Algérie, où au sein de la 27°Division Alpine il s’implante en Grande Kabylie (région de Tizi-Ouzou). L’unité appuie plus de 120 opérations et participe au contrôle du terrain. Il perd 32 hommes dont un officier (Cne Jacques).
- Le I/93°RAM reste à Grenoble et devient Centre d’Instruction (CI/93°RAM). Il est dissous au retour du II/93 en novembre 1962.

JPEG - 40.2 ko
Paris 1978

De GRENOBLE À VARCES 1963-1990 :
Le 93° RAM reconstitué renoue avec la vie d’une garnison alpine. Il dispose d’une nouvelle implantation à l’Alpe d’Huez en 1967 et soutient les Jeux Olympiques de Grenoble en 1968.
En 1976 le régiment déménage à Varces au sud de Grenoble sur un terrain de 60 hectares partagé avec le 6°BCA. Ce quartier est baptisé quartier de Reyniès en 1979. En 1983 le 27° DA dont le 93 est intégrée à la Force d’Action Rapide (FAR).

JPEG - 56 ko
Le quartier de Reyniès à Varces

1990 À 2014 LE TEMPS DES OPEX :
Dans les années 1990 le 93 est équipé d’un nouveau canon plus performant le 155 TRF1 et de mortiers de 120. L’habillement et l’équipement de montagne se modernisent également. Le régiment concourt en 1992 à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’Albertville. Par une nouvelle restructuration, la 27° DA devient la 27° DIM (Infanterie de Montagne) en 1994, réduite en 2000 en une brigade (27°BIM). Commence alors le temps des Opérations extérieures : Bosnie, Kosovo, Côte-d’Ivoire, Afghanistan, RCA...

JPEG - 48.5 ko
Canon de 75 mm TRF1

En 2004 chacune des batteries du régiment est baptisée du nom d’un des massifs alpins. Le 93°RAM est inclus dans la Base de Défense Grenoble-Annecy-Chambéry en 2011 et rejoint à Varces en 2013 par le 7° BCA. Actuellement l’unité compte 2 batteries sol-sol équipées de canons de 155 Caesar et de mortiers de 120, une batterie sol-air avec des missiles Mistral et une batterie de renseignement avec des drones DRAC.

La devise du régiment est : "De Roc et de Feu" et son insigne représentant un aigle transportant deux canons évoque les missions en altitude du régiment.

Source : Cne Garnier de Labareyre - De Roc et de Feu historique du 93°RAM - plaquette 1995