Le COMTE DE FOREZ /2 : 1200 - 1535

Samedi 16 mai 2020 // 3 : La FIN DU MOYEN-ÂGE en NOTRE REGION

Le COMTÉ DE FOREZ /2 : De 1200 à 1535

blason du Forez

Depuis 1173 les comtés de Lyon et de Forez sont mieux délimités et politiquement distincts ; mais en ce début du XIII° siècle ils sont alliés : en effet Guy III, de la famille d’Albon, est comte de Forez et son frère cadet Renaud est archevêque comte de Lyon. L’archevêque Renaud de Forez est un personnage marquant de l’histoire de Lyon, le type du prélat guerrier. Un article particulier lui est consacré.

GUY IV 1203-1241
Le comte Guy III meurt à la croisade à Acre en 1203 ; c’est naturellement l’archevêque Renaud qui va veiller sur le comté de Forez pendant la jeunesse de son neveu Gui IV.
En 1209 par une action conjointe, ils répriment une tentative de Guichard IV de Beaujeu sur Thiers, où le Forez a des intérêts. En 1217 la querelle pour la possession du Roannais reprend : Humbert V de Beaujeu vient assiéger le château de Couzan (près de Boen), mais Guy IV, soutenue par Gui de Dampierre sire de Bourbon et l’évêque Renaud amène le sire de Beaujeu à traiter. En 1222 il renonce au profit du Forez à Urfé, St-Maurice, Ouches, Néronde et Couzan, mais se réserve Ste-Colombe, St-Priest-la-Roche et St-Just-la-Pendue.
EN 1223 Guy IV fonde l’église collégiale de Montbrison. Cette même année un accord précise les limites avec la seigneurie de Semur (en Brionnais).
Gui IV se marie en secondes noces en 1226 avec Mahaut de Courtenay comtesse de Nevers Auxerre Tonnerre ; il part à la croisade en 1239 ; il meurt sur le chemin du retour en 1241.

Gisant de Gui IV à la cathédrale de Montbrison

GUY V 1241-1259, RENAUD 1270, GUY VI 1278
L’aîné des fils de Guy IV, Guy V lui succède et meurt en 1259 sans héritier. Son frère cadet Renaud le remplace. Il est l’époux d’Isabelle de Beaujeu, fille d’Humbert V, ce qui lui vaut de devenir aussi sire de Beaujeu à la mort sans enfants de son beau-frère Guichard V de Beaujeu en 1265. En 1269 le comte de Forez intervient à Lyon à 2 reprises pour réprimer la révolte des lyonnais contre le chapitre de St-Jean. Renaud meurt de la peste en 1270 et ses fils se partagent ses possessions. L’aîné devient Guy VI comte de Forez (+1278) et le cadet Louis devient sire de Beaujeu (+1296).

Sury-le-Comtal

JEAN Ier COMTE de FOREZ 1278-1333
Au décès prématuré de Guy VI, son héritier Jean a 2-3 ans. D’abord sous la régence de sa mère, le comte Jean Ier, avec un règne de 55 ans, va donner la plus grande extension au Forez. Il grignote le comté de Lyon depuis la Loire (St-Victor) jusqu’à proximité de St-Chamond. Côté ouest il s’assure de St-Bonnet-le-Château et de Noirétable. Par son mariage avec Alix de Viennois, fille du dauphin Humbert Ier, il récupère en 1296 des territoires dauphinois de la rive droite du Rhône en triangle de Malleval au nord à Arras sur Rhône au sud et Argental à l’ouest. Le comte réside souvent à Sury-le-Comtal ou à Monbrison. C’est à cette époque qu’est édifiée la salle héraldique de la Diana à Monbrison. En 1301 il obtient l’allégeance du seigneur de Thiers.
Le comte va être un ferme soutien du pouvoir royal. Jean de Forez est très présent à Lyon après la prise de la ville en 1310 par Louis le Hutin. Il soutient Béraud de Mercoeur lieutenant du roi qui prépare l’annexion de la ville en 1312. En 1312 un peu d’aventure.. Il est aux cotés de l’empereur Henri VII de Luxembourg dans une expédition en Italie.
En 1316 à la mort du roi Louis X le Hutin, il est un ferme soutien de Philippe de Poitiers, frère du roi, qui devient régent. Ce dernier transfère à Lyon les cardinaux qui tergiversaient à Avignon pour élire un nouveau pape et les fait enfermer au couvent des Jacobins sous la garde du comte de Forez. Ils finissent par élire le pape Jean XXII.
Philippe de Poitiers devenu le roi Philippe V le long fait entrer Jean en 1317 au conseil privé du roi, où il restera jusqu’à sa mort. Notre comte de Forez va donc posséder un hôtel à Paris. Il est encore ministre et conseiller au début du règne de Philippe VI. Il meurt en 1433.

Montbrison vers 1450

GUY VII 1433-1458, LOUIS 1462 JEAN II 1372
Comte pendant les débuts de la guerre de Cent-Ans, Guy VII de Forez est lieutenant-général du roi en Poitou-Saintonge en 1347 après la défaite de Crécy.
Son fils Louis lui succède, à une période, où après le traité de paix de Brétigny, les mercenaires ou routiers sans emploi se mettent à ravager les provinces pour leur compte. Ceux-ci viennent occuper Brignais en 1362. Une armée royale et féodale se rassemble pour les combattre : le comte Louis et son frère Jean en font naturellement partie. La bataille de Brignais aboutit à un désastre : le comte Louis est tué, Jean blessé est prisonnier. Il sera libéré contre rançon ; il devient le comte Jean II, mais atteint à la tête il demeure invalide. Son oncle Renaud (+1369) frère de Guy VII assure sa tutelle. Jean meurt en 1372 sans descendance.

Anne-Dauphine d’Auvergne comtesse de Forez

UN HÉRITAGE POUR LES DUCS DE BOURBON
En 1372 la maison d’Albon de Forez est éteinte. L’héritière est Jeanne de Forez (+1382), sœur des 2 derniers comtes, mariée à Béraud II dauphin d’Auvergne (le dauphiné d’Auvergne est une petite principauté à l’ouest d’Issoire). Leur fille Anne-Dauphine a épousé en 1371 Louis II Duc de Bourbon. Sur son portrait héraldique, elle porte à gauche les couleurs de son mari Bourbon et à droite le dauphin d’Auvergne et le dauphin du Forez de ses parents. Le Forez fait alors partie des possessions des ducs de Bourbon jusqu’en 1523.
À cette date le roi François Ier confisque les territoires du connétable de Bourbon, le dernier duc. Le roi accorde ensuite ces possessions, dont le Forez, en viager à sa mère Louise de Savoie. Après sa mort en 1535 le comté est réuni au royaume de France.

Division en départements : les limites des anciennes provinces sont en pointillé

ÉPILOGUE JUSQU’À NOS JOURS
Le Forez fait ensuite partie du gouvernement du Lyonnais Forez et Beaujolais jusqu’à la Révolution. À la création des départements en mars 1790, ces trois provinces deviennent le département de Rhône-et-Loire.
Ce département est partagé dès août 1793 suite à la révolte des Lyonnais. Ce partage est entériné par la Convention en novembre 1793. Le département de la Loire est alors séparé du Rhône : il correspond en gros aux limites de l’ancien comté de Forez. Il est agrandi avec l’ouest du Beaujolais et avec la région de St-Chamond et de Charlieu au dépens du Lyonnais ; en revanche il perd au sud le canton forézien de Bas-en-Basset rattaché à la Haute-Loire.

dernière modification 05/2020
source : A.Steyert - nouvelle histoire de Lyon tome 2 - Bernoux & Cumin 1897 / A.Latreille & col. - histoire de Lyon et du Lyonnais - Privat 1975 / images Wikipedia