Les GARNISONS DE L’AIN : BOURG et BELLEY

Mardi 23 juillet 2019 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Les GARNISONS DE L’AIN : BOURG-EN-BRESSE et BELLEY de 1873 à 1939

DE 1873 À 1923
En 1873 l’Armée française est complétement réorganisée. De nouvelles régions militaires correspondant chacune à un corps d’Armée (CA) sont définies.
Le 7ème CA a son état-major à Besançon (commandant le général de division Duc d’Aumale) et s’étend sur les départements de Franche-Comté, la Haute-Marne, le nord-ouest du Rhône (Neuville) et l’Ain. Comme tous les CA il comprend 2 divisions d’infanterie (DI) la 13° (Langres) et la 14° (Besançon).

Deux régiments d’infanterie (RI) de la 14°DI sont affectés au département de l’Ain : à Bourg-en-Bresse le 23° RI et à Belley le 133° RI nouvellement créé. Dans ces 2 villes il faut construire des casernes : ces 2 régiments vont loger provisoirement leur partie principale à Lyon.
Les casernes sont construites dans les années 1875-1876, à Bourg la caserne Aubry et à Belley la caserne Sibuet. De 1875-1880 le chef de corps du 133° est le colonel Boulanger futur ministre de la défense.

la caserne Aubry

En 1893 les 2 régiments sont rattachés à la 13° DI dont l’état-major est à Chaumont ; le 133 envoie un bataillon à Pierre-Chatel et des détachements au fort L’Ecluse et au fort des Rousses.
En 1900 les 2 unités font à nouveau partie de la 14°DI dont l’état-major est à Belfort. Une caserne annexe le quartier Dallemagne formée de bâtiments bas est construite à Belley. La situation reste inchangée jusqu’en 1914.

133° RI quartier Dallemagne

Après la guerre de 1914-1918 le 23° et le 133° habillés en tenues "bleu-horizon" retrouvent leurs garnisons respectives, mais l’heure est à la réduction des forces : ils sont très vite dissous au 1er avril 1923.

1922 23°RI la compagnie des mitrailleuses
1922 23°RI les Officiers

L’ENTRE-DEUX-GUERRES : CHANGEMENT de RÉGION et TROUPES AFRICAINES
Ce même mois de 1923 un décret rattache le département de l’Ain ainsi que le Rhône au 14° CA de Lyon.
Cette même année le 39° Régiment de Tirailleurs Algériens (RTA) arrive de Mayence ; l’état-major (EM) et 2 bataillons remplacent à Bourg le 23° RI. Le 3ème bataillon va loger à Belley. Dès mai 1925 le 39° RTA part au Maroc pour la guerre du Rif, après laquelle il sera dissous.

Lui succède le 65° Régiment de Tirailleurs Marocains (RTM) bientôt rebaptisé 5° RTM en 1929 établi dans le même dispositif EM et 2 bataillons à Bourg et un bataillon à Belley avec entre 1935/39 un petit détachement à la Valbonne. Ce 5° RTM fait partie de la 1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine (1° DINA) dont l’état-major est à Lyon.

Entre les deux guerres le Centre Mobilisateur d’infanterie 145 est établi à Bourg (centre principal) et Belley (centre secondaire).
La Gendarmerie occupe la caserne Dallemagne depuis 1927 : une compagnie de la Garde Républicaine Mobile.

APRÈS 1945
En 1956 après l’indépendance du Maroc le 1° RTM est rapatrié sur la France (2 bataillons) et vient s’installer à la caserne Aubry à Bourg avec une compagnie à Sathonay. Sa musique la "nouba" défile précédée de 2 ou 3 boucs. Le régiment est réduit en 1960 à un bataillon le 2/1°RTM qui sera dissous en 1963. la caserne Aubry accueille ensuite un centre mobilisateur numéroté 23 en souvenir du 23° RI.
La caserne de Belley est utilisée par différentes unités de Gendarmerie.

La musique du 1° RTM en 1961

Aujourd’hui la caserne Aubry est reconvertie en "Résidence Aubry Renaissance" parc de 350 logements avec conservation de la façade du bâtiment principal.