VISITE DU MUSEE /2 : Des GAULOIS à LA RENAISSANCE

Vendredi 5 juin 2020 // ACCUEIL et COMMUNICATION

VISITE DU MUSÉE / 2 : DES GAULOIS À LA RENAISSANCE (1550) (SALLE 1)

La PÉRIODE GALLO-ROMAINE
En entrant dans la salle 1 le visiteur commence son voyage dans le temps par l’antiquité gallo-romaine. Un panneau donne la répartition géographique des peuples gaulois de notre région : Ségusiaves, Allobroges, Arvernes, Ambarres, Séquanes...

Le noble gaulois et le légionnaire romain

Un mannequin évoque un noble gaulois, tandis que la conquête romaine par César est représentée par un légionnaire romain et un buste de Munatius Plancus fondateur de Lugdunum en 43 avant JC.
La paix gallo-romaine qui s’installe est perturbée en 197 par la bataille de Lyon que remporte Septime-Sévère sur son compétiteur Albin, ce qui vaut à la ville d’être dévastée.

Munatius Plancus

Des BURGONDES AUX CAROLIGIENS
Au 5ème siècle, l’effacement de la domination romaine amène à l’établissement dans notre région d’un petit peuple germanique, les burgondes. Le royaume burgonde dure de 480 à 536, date à laquelle il est incorporé dans le royaume des Francs. Deux rois francs ont une certaine importance pour notre région : Childebert et Gontran.
Au 8ème siècle, la dynastie mérovingienne s’efface devant la carolingienne :Charles Martel, Pépin le bref et Charlemagne couronné Empereur en 800 (+814).
Un panneau montre la division de l’Europe occidentale entre les 3 petits-fils de Charlemagne au traité de Verdun en 843. Date essentielle : la partie occidentale deviendra le royaume de France, dont fait partie l’Auvergne. La région Rhône-Alpes en est exclue : elle va faire partie (879-1032) d’un royaume de Bourgogne-Provence, inclus ensuite dans l’Empire Germanique.

Le TEMPS DES PRINCIPAUTÉS FÉODALES
Ce secteur présente l’établissement de la féodalité avec la construction des château-forts, ainsi que la fondation des principautés féodales laïques ou ecclésiastiques. Ce sont les comtés de Lyon (à l’archevêque), de Forez, de Savoie, de Genève, d’Albon (futur Dauphiné), la seigneurie de Beaujeu... Le mannequin représentant le sire Humbert V de Beaujeu, connétable de France vient illustrer cette période.
C’est un point fort du musée de présenter une carte des principautés féodales régionales et leur histoire, en particulier avec les guerres féodales entre le Dauphiné et la Savoie, totalement oubliées.

Les principautés vers 1280

L’histoire de Lyon est en bonne place, avec le conflit avec le comte de Forez, l’épiscopat de Renaud de Forez, les révoltes de la ville qui vont conduire à l’annexion au royaume de France en 1312. Une maquette du château Pierre-Scize illustre ces épisodes.

maquette du château Pierre-Scize

L’ÉPOQUE DE LA GUERRE DE CENT-ANS
La région n’est concernée que par 2 épisodes guerriers.
En 1362 à la bataille de Brignais une armée royale est vaincue par un regroupement de compagnies de "Routiers".
En 1430 les forces régionales fidèles au roi menées par Humbert de Groslée défont l’armée d’un féodal dissident à la bataille d’Anthon.
Le buste du roi Charles V a sa place ici, car il a été le premier dauphin de France après le rattachement du Dauphiné au royaume.

buste de Charles V

LYON À LA RENAISSANCE
À la fin du XV° siècle et dans la première moitié du XVI° Lyon devient l’étape logistique obligée de tous les épisodes des guerres d’Italie menées par les rois de France successifs. Les séjours du roi et de la Cour et l’essor du commerce entrainent une grande prospérité pour la ville en cette époque de Renaissance.
Une reproduction schématique du plan scénographique de 1550 permet de visualiser l’urbanisme de la ville et ses monuments.

Le pont de la Guillotière en 1550

La visite virtuelle se poursuit dans la salle 2 : des Guerres de Religion à la fin du XIX° siècle.