VISITE DU MUSEE /6 - La DEUXIEME GUERRE MONDIALE

Lundi 28 septembre 2020 // ACCUEIL et COMMUNICATION

VISITE DU MUSÉE / 6 : La DEUXIÈME GUERRE MONDIALE (SALLE 5)

Le Spahi

MOBILISATION ET CAMPAGNE DE 1940
Le parcours dans cette salle commence par la mobilisation des unités de la région en septembre 1939, illustrée par un soldat artilleur du 54° RA régiment lyonnais et un spahi en grande tenue. Dans l’angle opposé un tirailleur sénégalais rappelle le sacrifice de ces soldats dans les combats sans espoir de Chasselay et Lentilly en juin 1940 et les massacres qui ont suivi.

L’Artilleur du 54

La séquence suivante est consacrée à l’Armée de l’Air et au rôle de la base aérienne de Bron. Pour illustrer la guerre aérienne, en plus d’une tenue d’aviateur, le Musée possède une pièce de prestige : la dérive marquée de la croix gammée d’un avion allemand abattu en avril 1940 par un équipage de Bron.

L’officier de chars, l’aviateur et le tirailleur

La campagne de 1940 est figurée par la tenue d’un officier de chars et par celle d’un capitaine de Chasseurs Alpins avec sa cantine ayant participé à l’expédition de Narvik. La bataille de Voreppe est à l’honneur, ainsi que la bataille des Alpes contre les italiens. Diverses armes, dont un mortier sont exposées.

Le résistant, le traineau, le conteneur et le parachutiste

OCCUPATION ET RÉSISTANCE
L’occupation est représentée par deux uniformes allemands, dont un officier.
L’organisation des mouvements de Résistance dans la région est détaillée. La Résistance est illustrée par le tenue d’un maquisard et celle d’un parachutiste SAS. Un conteneur parachuté a sa place à coté d’un exceptionnel traineau utilisé sur la neige par le maquis du Vercors.
Les panneaux relatent les conditions de retraite des allemands dans la vallée du Rhône en août 1944 sous la pression des maquis et la pression aérienne des alliés.
Un uniforme de tabor marocain annonce la phase finale de cette guerre, celle de la Libération, qui est exposée dans la salle suivante (6).

Le tabor marocain

Cette salle 5 a été baptisée du nom du général François Lescel, ancien président du Musée et historien de la Libération.

Article sur la salle 6 en cours de rédaction