La REGION et LES GUERRES D’ITALIE : 4/ LOUIS XIII et RICHELIEU

Mardi 9 mars 2021 // 4 : Des GUERRES d’ITALIE à la REVOLUTION


LOUIS XIII ET RICHELIEU SUR LE FRONT des ALPES 1629-1631

La SUCCESSION DE MANTOUE
En décembre 1627 Vincent II de Gonzague duc de Mantoue et Montferrat meurt sans descendance. Son héritier est son cousin Charles de Gonzague, duc de Nevers et Rethel (fondateur de Charleville dans les Ardennes). Mantoue et Montferrat sont 2 principautés de l’Italie du nord séparées par le Milanais espagnol. À l’ouest le Montferrat est limité par le Piémont savoyard. Les espagnols et le duc de Savoie contestent la succession de Montferrat et viennent assiéger Casale le chef-lieu en février 1628.
Louis XIII et son ministre le cardinal de Richelieu se doivent de soutenir Gonzague et de s’opposer aux espagnols en Italie, mais ils sont accaparés par le siège de la Rochelle, qui prend fin en novembre 1628, alors que le siège de Casale dure toujours...

Charles de Gonzague


L’INTERVENTION FRANÇAISE 1629
Dès janvier 1629 une armée est réunie à Briançon. Le roi quitte Paris le 15 janvier, évite Lyon ravagée par la peste et par Dijon, Grenoble, Embrun arrive à Briançon. 20000 fantassins et 2000 cavaliers passent le col de Montgenèvre ; l’armée royale balaye les retranchements du duc de Savoie au Pas de Suse (Chaumont) et viennent occuper Suse. Le duc de Savoie Charles-Emmanuel doit traiter et reconnaitre Charles de Gonzague (mars 1629). Devant la menace française le siège de Casale est levé : une garnison française y est établie. Louis XIII reste 6 semaines à Suse, avant de repartir en campagne contre les protestants du Languedoc, suivi de Richelieu (paix d’Alès)
Pendant ce temps dans la suite de l’année le duc de Savoie fait à nouveau défection et espagnols et impériaux viennent occuper Mantoue et Montferrat et à nouveau assiéger Casale...

CAMPAGNE DE 1630
Richelieu est à Lyon le 18 janvier 1630 pour préparer une nouvelle intervention en Italie ; il y retrouve son frère Alphonse archevêque de Lyon. Le 28 janvier il y reçoit le diplomate pontifical Giulio Mazarini (Mazarin), première rencontre avec celui qui sera son successeur... En février Richelieu se met en route ; début mars il est à Suse, avec Créqui, il descend la vallée pour venir devant Turin, ce qui oblige le duc à concentrer ses troupes à Turin. Alors le 20 mars le cardinal fait tourner l’armée vers le sud et vient assiéger par surprise la forteresse de Pignerol (Pinerolo) qui capitule le 30. Cette place forte stratégique est aussitôt annexée au Dauphiné.
En mai le roi avec les maréchaux Créqui, Bassompierre et Châtillon prend le relais et entreprend l’occupation de la Savoie : la conquête est achevée en juin avec la prise de Montmélian. En juillet l’armée passe en Italie par le Mont-Cenis, fait sa jonction avec celle de Pignerol menée par le maréchal de la Force, se heurte aux piémontais à Veillane /Avigliano et se dirige vers le sud pour prendre Saluces (07/1630). Les Impériaux prennent et saccagent Mantoue.

Victor-Amédée Ier

C’est alors que le duc de Savoie Charles-Emmanuel meurt après 50 ans de règne : son successeur est Victor-Amédée Ier qui marié à Christine de France est le beau-frère de Louis XIII. Des négociations commencent conduites par Mazarin devenu l’homme de Richelieu, lequel nomme Schomberg à la tête de l’armée pour une dernière action qui fasse pencher la balance du bon côté. Le 22/08 alors que Richelieu va à Lyon où le roi est malade, Schomberg descend de Suse à Veillane qu’il prend.

Louis XIII

Le ROI MALADE À LYON
Le 25 juillet 1630 Louis XIII fatigué doit quitter Saint-Jean de Maurienne, où il était avec le cardinal pour revenir à Lyon. En août son état s’aggrave, il souffre d’une affection intestinale douloureuse. il est logé à l’archevêché, où il est en plus harcelé par sa mère et son épouse, qui s’opposent à la politique de Richelieu. Le cardinal vient à son chevet le 22 août. Le 22 septembre après un conseil tenu à l’abbaye d’Ainay (il faut traverser la Saône en barque), le roi est au plus mal... Son entourage le croit condamné et il se prépare à la mort, quand son état s’améliore subitement. Il part pour Paris le 11 octobre.

Le DÉNOUEMENT SUR LE FRONT ITALIEN
Pendant ce temps en Italie une trêve venait à expiration le 15 octobre 1630. L’armée française ayant repris des forces, le maréchal de Schomberg avec 20000 hommes se porte de Saluces à Casale toujours assiégée et fait face le 26 octobre aux austro-espagnols. L’intervention du diplomate pontifical Mazarin, galopant d’un camp à l’autre, parvient à éviter la bataille et à trouver un accord plutôt favorable à la France, soutenue par le pape inquiet des progrès espagnols et impériaux en Italie.
La paix est signée en avril et juin 1631 aux traités de Cherasco : le duc de Savoie redevient allié de la France qui lui rend ses états. La France annexe Pignerol, qui restera française jusqu’en 1696 et laisse une garnison à Casale. Les espagnols évacuent les territoires du duc de Mantoue, qui récupère le Montferrat, dont une petite partie est attribuée à la Savoie.

Sources : A.Doumenc -Mémorial de la terre de France -Histoire militaire Savoie Dauphiné - Arthaud 1944 / Jean-Christian Petitfils - Louis XIII -Perrin 2008