Les CASERNES de la PART-DIEU

Vendredi 20 août 2010 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Les CASERNES de la PART-DIEU à LYON 1860-1968 :

Très importante emprise militaire dans le 3ème arrondissement de Lyon, les casernes de la Part-Dieu ont marqué l’histoire militaire de Lyon pendant plus de 100 ans. Ci-dessous le panneau d’information du musée consacré à cet important établissement militaire.

JPEG - 209.5 ko
Les Casernes de la Part-Dieu

NAISSANCE du QUARTIER
En 1830 la Part-Dieu est le nom d’un vaste domaine agricole appartenant aux Hospices Civils de Lyon, avec en son centre une maison forte la "grange de la Part-Dieu" située à l’intersection actuelle des rues de la Part-Dieu et Boileau.
Dans les années 1831 et suivantes dans le cadre de la 1ère ceinture de fortifiée de Lyon une petite fortification est édifiée, le fort ou redoute de la Part-Dieu à l’emplacement du boulevard Vivier-Merle.
En 1844 l’autorité militaire acquiert 24 hectares du domaine de la Part-Dieu. Les constructions débutent en 1847 sur le projet de transfert de l’école d’artillerie de Grenoble et de l’établissement d’une caserne d’artillerie pour 2 régiments entre la redoute et l’ancienne maison forte. Les plans prévoient un ensemble de bâtiments disposés symétriquement de part et d’autre d’une vaste cour centrale de 125 m de côté, avec l’entrée principale sur la rue Ste-Elisabeth (Garibaldi) et le manège dans l’axe de cette entrée au fond de la cour.
En 1854 le maréchal de Castellane,commandant militaire à Lyon, est hostile à l’établissement d’une école d’artillerie et il obtient en 1856 le soutien de Napoléon III, pour convertir la caserne d’artillerie en "un quartier pour 3 régiments de cavalerie et 4 batteries d’artillerie". En 1856 seule l’aile sud est construite. En juin 1860 Castellane accompagne l’empereur Napoléon III pour visiter le chantier de construction en voie d’achèvement. Elle a été conçue avec toutes les installations nécessaires pour accueillir des unités de cavalerie, avec le manège au fond de la vaste cour dans l’axe de l’entrée principale côté rue Garibaldi. Sur ce plan de 1874 le quartier est encore appelé "casernes d’artillerie" et on remarque le fort des Brotteaux et le petit fort de la Part-Dieu qui aura disparu en 1880. La caserne sera agrandie vers le sud ; elle a porté le nom de quartier Margaron.

JPEG - 61.8 ko
Entrée principale

Les RÉGIMENTS et UNITÉS de la PART-DIEU
Avant la Grande Guerre les unités de cavalerie se succèdent :
- Cuirassiers : 11° et 12° RC (1874-1880), 4° et 9° RC (1880-1889), 5° et 8° RC (1889-1893), 7° et 10° RC ( 1893 - 1914)
- Hussards : 5° et 10°RH (1874-1877), 3° et 8° RH (1877 - 1892)
- Chasseurs à cheval : 8° RCh (1892 -1895)
- Dragons : 2° dragons ( 1896 -1914).
- Train des Équipages : 14° Escadron depuis 1875.

En 1914 2° dragons, 7° et 10° cuirassiers se partagent le quartier avec le 14° escadron du Train, ainsi que l’artillerie de la 6° division de Cavalerie. Le 2°Dragons est logé dans les bâtiments côté rue Garibaldi, les Cuirassiers sont plus à l’intérieur du quartier. Le quartier possède une zone d’embarquement par voie ferrée côté Est.

RÉGIMENTS et UNITÉS après la GRANDE GUERRE
Entre les deux-guerres le quartier abrite :
à nouveau le 9° Cuirassiers , le 5° bataillon de dragons portés, groupes d’auto-mitrailleuses, compagnies d’artillerie du 54°RA, chasseurs cyclistes, escadron du train, intendance, gendarmerie mobile...

JPEG - 50.4 ko
Le 9° Cuirassiers en septembre 1939

En 1940-1942 dans le cadre de l’Armée d’Armistice, le quartier abrite le 11° Cuirassiers, dont une partie rejoindra la Résistance dans le Vercors. Les allemands occupent le quartier de 1942 à 1944

Après la Libération de nombreux organismes ou services y sont installés : 8° Escadron du Train, Gendarmerie Mobile... Le bureau du Service National y restera jusqu’en 1966. La Légion Étrangère y tiendra son antenne de 1952 à 1963.

JPEG - 65.1 ko
Entrée nord

De la CASERNE au CENTRE COMMERCIAL
Le quartier est cédé à la ville de Lyon en 1960 et l’aménagement commence par la partie sud entre la rue du Lac et le bvd Vivier-Merle et la rue des Cuirassiers est créée. Les dernières structures militaires quittent la Part-Dieu en 1968. La démolition commence par le manège, qui méritait d’être conservé. Seront alors construits à la place un grand centre commercial (1975) et des immeubles d’affaires, comme la tour du Crédit Lyonnais, dite "le Crayon" (1977) ou la tour "Oxygène" (2011).

monument à la CavalerieMÉMOIRE
En 1939 une stèle représentant un cuirassier est inaugurée dans le quartier à la gloire de ceux-ci. À la démolition du quartier, le monument a été déplacé dans un square rue du Lac avec l’inscription "À la GLOIRE de la CAVALERIE" avec une plaque sur laquelle est gravée la liste des unités ayant stationné à la Part-Dieu. Il a été inauguré en 1976 en présence du général Leborgne Gouverneur Militaire de Lyon.

Dernière modification 12/2015