LYON dans la GUERRE de 1870-1871

Mardi 28 septembre 2010 // 7 : De la RESTAURATION à la GUERRE de 1870

LYON dans la GUERRE de 1870-1871 : "MOBILES" et "LEGIONS" du RHONE :

Pendant la guerre de 1870-1871, Lyon et sa région sont épargnées par les combats, mais vont participer à l’effort de guerre par une mobilisation sanitaire et par l’envoi de renforts en hommes.

Les RÉGIMENTS de MOBILES :
En effet après les troupes d’active, il est fait très vite appel en août à la réserve mobilisable, la Garde Nationale mobile composée des hommes qui ont échappé au service militaire par tirage au sort que l’on appelle les "Mobiles", appelés familièrement "Moblots". Chaque département met en route un ou deux régiments de mobiles : le 16° et le 65° dans le Rhône, réunis le 13 août au camp de Sathonay, le 27° et le 80° en Isère...Beaucoup de régiments de mobiles du sud passent par Lyon et peuvent y rester quelques temps en garnison.

Les deux régiments de mobiles du Rhône sont envoyés début septembre à Belfort, ville fortifiée qui ne tarde pas à être assiégée du 3/11 au 16/02/1871. Les mobiles du Rhône s’illustrent particulièrement dans la défense de la redoute de Bellevue sous les ordres du capitaine de génie Thiers. La redoute et la place ne seront pas prises et la garnison quittera Belfort avec les honneurs. L’artillerie de la "mobile" du Rhône est envoyée à Paris. Les mobiles sont démobilisés vers la fin mars 1871.

JPEG - 268.2 ko
les "Enfants du Rhône"

Les LÉGIONS DU RHÔNE :
Le 4 septembre 1870, Lyon apprend la chute de l’Empire ; le colonel du Génie Séré de Rivières, commandant de la place de Lyon, parvient à garder le contrôle de la situation face à un climat semi-insurectionnel, tout en mettant en route les chantiers de fortifications.
Le gouvernement de la Défense Nationale fait appel à la Nation pour lever des régiments de volontaires : la ville de Lyon va équiper à ses frais et envoyer au combat deux "Légions de mobilisés" qui éprouveront de lourdes pertes. Elles combattront sur le front de Bourgogne (bataille de Nuits-St-Georges 18 décembre), avant de faire partie du 24° corps ci-dessous. Le document ci-dessus retrace l’aventure de ces combattants envoyés au front dans des conditions difficiles, peu entraînés et mal équipés dans un hiver glacial...

JPEG - 79 ko
buvette de la gare de Perrache en 1871

Le 24° CORPS D’ARMÉE :
En décembre 1870 dans l’urgence est mis sur pied à Lyon un 24° Corps, commandé par le général Bressoles, avec Séré de Rivières commandant le Génie. Formé de 3 divisions, il comprend :
- des "régiments de marche", qui sont des régiments provisoires formés en regroupant des éléments de plusieurs régiments d’infanterie
- des régiments provisoires de mobiles de divers départements (Yonne, Lozère, Basses-Pyrénées, Var, Loire...)
- des 2 Légions du Rhône déjà au combat en Bourgogne.
Vers le 20 décembre ce corps d’Armée part rejoindre l’armée de l’est commandée par le général Bourbaki. Il participera en janvier 1871 aux combats de Villersexel et Héricourt.

MÉMOIRE des HOMMES :
Le Département et la ville de Lyon ont honoré la mémoire de ces soldats improvisés courageux par un monument dédié aux "Enfants du Rhône" sur la place Maréchal Leclerc devant l’entrée principale du Parc de la Tête-d’Or.

Enfants du Rhône Enfants du Rhône

article augmenté 01/2016