La REGION et les TELECOMMUNICATIONS en 14/18

Samedi 6 novembre 2010 // 10 : La GRANDE GUERRE 1914-1918

Le RÔLE de la RÉGION dans les TÉLÉCOMMUNICATIONS :

FERRIÉ et la TSF
Né à Saint-Michel-de-Maurienne, Gustave Ferrié (1868-1932), polytechnicien, officier du Génie, s’oriente vers la télégraphie et se consacre au développement de la télégraphie sans fil (TSF) et participe en 1899 aux premières expériences radio de Marconi. Il est chargé par le ministère de la guerre de développer les applications militaires de la TSF. En 1903 il perfectionne la TSF en inventant un nouveau récepteur et propose l’installation d’une antenne au sommet de la tour Eiffel. L’émetteur radio passe d’une portée de 400 km à 6000 km en 1908 et en 1914 il permet d’entrer en contact avec la Russie.

En 1914 au début de la guerre, l’émetteur de la tour Eiffel reste le seul moyen de communication, mais Paris est menacé et le colonel Ferrié propose l’installation d’un émetteur à Lyon. Un émetteur à "étincelles" de 50 KW est à Marseille en partance pour Saïgon ; son convoyeur le capitaine Péri reçoit l’ordre de le ramener sur Lyon ; il l’installe sur le terrain militaire de la Doua à Villeurbanne avec l’aide de l’ingénieur Joseph Béthenod. Ils font monter 8 pylônes de 120 m et tendre 13 cables de 750 m. Le 29 septembre 1914 l’installation fonctionne et on peut entrer en contact avec la Russie et la Serbie nos alliés. Des bâtiments en dur sont construits en 1916. Ferrié et son équipe continuent leurs recherches, permettant en 1917 de remplacer l’émetteur à étincelles par un émetteur à arc qui permet d’émettre en "ondes entretenues" (au lieu des ondes amorties). Le Cdt Chaulard améliore l’installation de la Doua : 2 pylônes de 200 m et 6 de 180 m avec une meilleure prise de terre permettent une liaison toute l’année avec l’Amérique.

JPEG - 17.8 ko
L’installation de la Doua en 1918

Ferrié, nommé Général en 1918 à 51 ans, a été un acteur majeur du développement des télécommunications et par là a contribué à la victoire finale.
Général Ferrié
Les LAMPES TM
Vers 1907 un américain avait inventé une lampe à 3 électrodres permettant un effet amplificateur. Le colonel Ferrié comprend l’intérêt de ce matériel ; en octobre 1914 il réunit une équipe à la Doua pour travailler sur le sujet, qui bénéficie de la proximité de la manufacture de lampes Grammont (usine du Belvédère à Caluire, quartier du Clos-Bissardon).

JPEG - 5.4 ko
lampe TM

Après différents essais infructueux, Grammont met au point une ampoule de verre sphérique à électrodes horizontales la lampe TM (pour Télégraphie Militaire), fabriquée à partie de novembre 1915 par Grammont et la Compagnie des Lampes de Paris, qui livrent 100000 lampes en 1916, facturés 5 F pièce (soit environ 15 €). De multiples appareils bénéficient de ces lampes TM : amplificateurs, récepteurs, puis émetteurs. Elles sont adoptées par les Anglais et les Américains.
Dernière modification 04/2016 — Documents : Michel Siméon