6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

NAPOLÉON, LYON et sa RÉGION, une relation privilégiée 1800-1815

Après les troubles de la Révolution, la prise du pouvoir par Napoléon Bonaparte et le retour à l’ordre sont bien accueillis à Lyon. Le premier consul fait étape à Lyon après la victoire de Marengo fin juin 1800 ; il pose symboliquement la première pierre de la reconstruction de la place Bellecour.

JPEG - 14.4 ko
plaque commémorative place Bellecour

Bonaparte est de nouveau à Lyon du 11 au 28 janvier 1802 pour la proclamation de la constitution de la République Cisalpine devenue Royaume d’Italie, après la proclamation de l’Empire (1804).

L’Empereur, accompagné de l’impératrice Joséphine, séjourne à nouveau à Lyon du 10 au 16 avril 1805 ; il est en route pour Milan, où il va être couronné Roi d’Italie. Pendant l’Empire Napoléon a mené une grande politique routière, à but stratégique et économique, en particulier il fait construire la route du col du Mont-Cenis, remplaçant le chemin muletier.

JPEG - 230.1 ko
Napoléon et Lyon

En 1814 le maréchal Augereau ne peut empêcher la prise de Lyon par les Autrichiens. Au traité de Paris (30 mai 1814) la France perd la majeure partie de la Savoie, mais conserve Chambéry et Annecy.

Grenoble puis Lyon ouvrent leurs portes à Napoléon en mars 1815 lors de son retour de l’île d’Elbe ; C’est à Lyon qu’il reprend en main les rênes du pouvoir ; sa proclamation aux lyonnais comporte le célèbre "Lyonnais, je vous aime !". Mais après Waterloo, le maréchal Suchet avec l’Armée des Alpes ne pourra pas empêcher une nouvelle occupation de Lyon par les Autrichiens. Au second traité de Paris (novembre 1815) la France perd la partie de la Savoie conservée en 1814.

Un site internet spécialisé : www.academie-napoleon.com/

La FIN de l’EMPIRE en SAVOIE

1814-1815 la FIN de L’EMPIRE EN SAVOIE

Samedi 8 juillet 2017 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

1814-1815 la FIN de L’EMPIRE EN SAVOIE
La CHUTE de l’EMPIRE janvier-avril 1814
Après la défaite de Napoléon à Leipzig (octobre 1913), ses ennemis coalisés se préparent à envahir la France sur toutes ses frontières.
Dès décembre 1813, un petit corps autrichien de 12000 hommes commandé par le général Bubna passe en Suisse alors sous protectorat français. En une semaine il entre à Lausanne : les préfets des départements français du Simplon et du Léman se réfugient en Savoie. Bubna s’installe à Genève qui (...) Lire la suite »

1814, AUGEREAU et L’ARMEE DE LYON : BATAILLE de ST-GEORGES-de-RENEINS

Lundi 27 janvier 2014 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

AUGEREAU et L’ARMÉE de LYON : BATAILLE de ST-GEORGES de RENEINS, ARNAS et ST-JULIEN -18 mars 1814 :
Janvier 1814 - il y a 200 ans - Après la fin désastreuse de la campagne d’Allemagne, la France va être envahie par les armées coalisées contre elle. Napoléon prépare la Campagne de France, qu’il va mener lui-même en Champagne et il espère pouvoir créer une diversion venant du sud et diviser les forces alliées. Le 5 janvier il nomme le maréchal Augereau, duc de Castiglione à la tête de l’armée de Lyon. Un (...) Lire la suite »

Un GENERAL LYONNAIS : CARRA SAINT-CYR

Lundi 28 janvier 2013 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

Un GENERAL LYONNAIS : Jean-François CARRA SAINT-CYR, Baron d’Empire :
De LYON à l’AMERIQUE
Baptisé à Saint-Martin d’Ainay en décembre 1756, il est le fils de Jean Carra, écuyer, seigneur de Vaux et Saint-Cyr. Son prénom est bien Jean-François, et non Claude et son père n’est pas directeur de la monnaie, comme le disent certaines sources.
A 18 ans en 1774, il entre comme sous-lieutenant au régiment de Bourbonnais stationné en Corse. Deux ans après le régiment gagne Nancy, où il demeure jusqu’en (...) Lire la suite »

Le GENERAL de LA POYPE, un LYONNAIS

Vendredi 7 décembre 2012 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

Le GENERAL JEAN-FRANCOIS de LA POYPE 1758-1851 :
Un LYONNAIS COMMANDANT MILITAIRE à LYON
Descendant d’une vieille famille dauphinoise, qui a possédé la seigneurie de Crémieu, Jean-François Cornu, marquis de la Poype, né à Lyon en 1758. En 1777 il entre comme enseigne au régiment des Gardes Françaises. Quand il démissionne en 1787, il n’est que lieutenant.
Mais la Révolution va lui apporter un avancement rapide. En mai 1792 il est élu lieutenant-colonel, puis prend le commandement du 104° Régiment (...) Lire la suite »

1815, SUCHET et l’ARMEE des ALPES

Lundi 29 novembre 2010 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

1815, les CENT-JOURS, SUCHET et l’ARMEE des ALPES :
Le 10 mars 1815 au soir, Napoléon de retour de l’île d’Elbe entre triomphalement à Lyon, dont les troupes se sont ralliées. Établi dans l’archevêché, il y rédige les décrets rétablissant l’Empire ; il reprend la route le 13, en adressant aux lyonnais une proclamation qu’il termine par ces mots : " Lyonnais je vous aime".
Les autorités ralliées de la région doivent faire face à une tentative de résistance royaliste du Duc d’Angoulème qui remonte la vallée (...) Lire la suite »

1814 La BATAILLE de LIMONEST

Samedi 13 novembre 2010 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

20 MARS 1814 : LIMONEST, UNE BATAILLE OUBLIÉE :
Février 1814 : Pendant que Napoléon lutte pied à pied en Champagne contre les armées coalisées contre lui, le maréchal Augereau commandant en chef de l’Armée de Lyon a été chargée de créer une diversion venant du sud, pour diviser les forces alliées.
L’Armée de Lyon est passée à l’offensive le 17 février, a repris Bourg-en-Bresse et Mâcon, puis Lons-le-Saunier et Poligny le 4 mars.
Les Autrichiens réagissent : ils détachent un corps d’armée vers le sud par la (...) Lire la suite »

Le MARECHAL SUCHET, Duc d’ALBUFERA

Vendredi 28 mai 2010 // 6 : NAPOLEON, LYON et la REGION

SUCHET, Maréchal de FRANCE, Duc d’ALBUFERA (1770-1826)
La JEUNESSE
Louis Gabriel Suchet est natif de Lyon, fils d’un négociant fabricant en soieries, originaire de l’Ardèche. Son père mort début 1789, Suchet reprend très jeune l’entreprise familiale. Mais les troubles révolutionnaires arrêtent l’activité et se sentant menacés, Suchet et son frère quittent Lyon au printemps 1793 pour se réfugier en Ardèche, échappant au siège de Lyon.
De la RÉVOLUTION au CONSULAT
À la "levée en masse" en septembre (...) Lire la suite »