5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

RÉVOLUTION, SIÈGE de LYON, une DÉCENNIE de 1789 à 1799

La période Révolutionnaire est surtout marquée par le dramatique Siège de Lyon en 1793 et dans la Région par la conquête rapide de la Savoie.

En 1789, l’agitation révolutionnaire gagne Lyon, le château Pierre-Scize est "pris" et sera démoli fin 1793. L’arsenal de la ville est pillé en février 1790, il sera incendié pendant le siège en 1793.

JPEG - 44.3 ko
Pillage de l’Arsenal de Lyon le 7 février 1790

La ville est déchirée entre factions rivales modérées ou extrémistes. Le 30 mai 1793 la majorité modérée de la ville se débarrasse des Jacobins extrémistes menés par le révolutionnaire Chalier, alors que 2 jours après, ils prennent le pouvoir à Paris. Les autorités lyonnaises tentent en vain de convaincre de leur zèle républicain la Convention, qui les accuse de menées contre-révolutionnaires, voire royalistes. La ville commence alors à préparer sa défense. La rupture est consommée par l’exécution de Chalier le 16 juillet à Lyon. La ville est déclarée ville rebelle. Le Siège de Lyon va durer du 8 août au 9 octobre 1793.

Elle est attaquée par les armées de la Convention, puis asiègée et intensément bombardée. Malgré la résistance des lyonnais commandés par Précy et l’artilleur Chénelette, la ville est prise après un siège de 2 mois, puis livrée aux rigueurs de la répression de la « Terreur Rouge » (près de 2000 exécutions).

JPEG - 74.6 ko
Fusillade place des Terreaux en décembre 1793

La Savoie, conquise en 1792, devient le département du Mont-Blanc ; elle doit être défendue par Kellermann en 1793.

LA REVOLUTION en SAVOIE 1792-1800

Mercredi 21 juin 2017 // 5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

LA SAVOIE PENDANT LA RÉVOLUTION 1792-1800
L’OCCUPATION de la SAVOIE 1792
Le 20 avril 1792 l’Assemblée Législative déclare la Guerre à l’Autriche et à ses alliés. Le roi de Piémont-Sardaigne et duc de Savoie Victor-Amédée III tente de rester neutre, mais il est soupçonné de connivence avec l’Autriche.
Le commandant de l’armée du midi est le lieutenant-général ex-marquis de Montesquiou. Malgré de grandes difficultés pour réunir et équiper ses troupes, son dispositif est cohérent début septembre. il reçoit (...) Lire la suite »

Le SIEGE de LYON en 1793

Mercredi 31 août 2011 // 5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

LE SIÈGE DE LYON en 1793 :
AVANT LE SIÈGE
Au début de l’année 1793 la ville de Lyon est divisée politiquement entre les "clubs" (jacobins extrémistes) et les "sections" plus modérées. La municipalité jacobine de plus en plus radicale est dirigée par l’extrémiste révolutionnaire Chalier. Dès février des troubles éclatent : pillage du club des Jacobins, occupation de l’Arsenal par les sections...
Le 29 mai 1793 les sections modérées effrayées se révoltent, s’affrontent violemment avec les jacobins et (...) Lire la suite »

CHENELETTE, l’artilleur du siège de Lyon

Lundi 27 décembre 2010 // 5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

Jean-Baptiste AGNIEL de CHENELETTE (1739-1823) :
Pierre Agniel, originaire d’Uzès, drapier, échevin de Lyon en 1724, acquiert la seigneurie de Chénelette en 1740. Chénelette est une commune du Rhône située entre Beaujeu et les Echarmeaux. Son petit-fils Jean-Baptiste Agniel de Chenelette entreprend une carrière militaire. Il est lieutenant colonel d’artillerie et chevalier de l’ordre de Saint-Louis, quand il met fin à sa carrière militaire en 1791, ce qui lui vaut la réputation d’être royaliste.
En (...) Lire la suite »

Le Général DUPHOT

Jeudi 5 août 2010 // 5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

Le GENERAL Léonard DUPHOT (1769-1797) :
Né en 1769 à Lyon, fils d’un maître maçon, il est baptisé en la paroisse St Pierre-St Saturnin dans le quartier des Terreaux. Il passe ensuite son enfance au faubourg de la Guillotière, où sa famille s’est installée. Son père, marchand chaudier, sera maire et conseiller municipal de la Guillotière. En 1777 un appui inconnu lui permet d’entrer en pension au collège des oratoriens de Juilly (Seine-et-Marne), où pendant 7 ans il fera de bonnes études. Mais à 16 ans en (...) Lire la suite »

Le Maréchal KELLERMANN

Samedi 17 juillet 2010 // 5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

Le Maréchal KELLERMANN (1735-1820) :
Natif de Strasbourg François Christophe Kellermann devient officier en 1752 et participe à la guerre de Sept Ans, où il est fait deux fois prisonnier. En 1771-1773 Il participe à une action en Pologne (1765), sous les ordres de Viomesnil. Il ensuite en garnison à Haguenau, Metz. Nommé maréchal de camp en 1788, puis lieutenant-général en 1792, il remplace Luckner à la tête de l’Armée du Centre en août. Il fait face aux prussiens du Duc de Brunswick à Valmy le 20 (...) Lire la suite »

PERRIN de PRECY, chef des Lyonnais en 1793

Lundi 5 juillet 2010 // 5 : REVOLUTION et SIEGE de LYON

Louis-François PERRIN, comte de PRECY (1742-1820) :
Natif d’Anzy-le-Duc, il s’engage en 1755 au Régiment de Picardie, où son oncle est est commandant de bataillon. Il participe à la Guerre de Sept-ans, puis vit le séjour en garnison. C’est en Corse qu’il est nommé capitaine (1774). En 1784 il reçoit la croix de Saint-Louis. Précy commande ensuite le Régiment des Chasseurs des Vosges nouvellement créé et devient lieutenant-colonel. De 1787 à 1789 son unité est est en garnison à Lyon, puis à Collioure. En (...) Lire la suite »