16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES :

La fortification a suivi une longue évolution, commencée avec les mottes féodales, le donjon et les murailles des châteaux au Moyen-Age. Le château Pierre-Scize à Lyon, le donjon de Crest, le château d’Aubenas en sont des exemples. Les villes s’entourent de remparts, comme les fortifications de la Croix-Rousse à Lyon.

FORTIFICATIONS du XIX° SIECLE

Les progrès de l’artillerie imposent ensuite une autre conception, celle des forteresses ou citadelles, conception qui atteint son apogée avec les travaux de Vauban. Dans notre région les travaux portent sur les places fortes du Dauphiné comme Grenoble, Briançon, Montdauphin... Au XVIII° siècle le pouvoir n’a plus les moyens pour entretenir le réseau de fortifications laissées par Vauban. A la fin du siècle Montalembert propose la défense des places par un chapelet d’ouvrages, où l’artillerie joue le rôle principal.

Après 1815, une nouvelle politique de fortifications se met en oeuvre. Lyon est transformé tout au long du siècle en camp retranché en 2 phases. Sous Louis-Philippe, Rohault de Fleury reprend l’enceinte ancienne et fait construire 14 forts détachés en avant de l’enceinte ("Petite Ceinture").

Après 1871 le général Séré de Rivières confirme Lyon comme second camp retranché de France, avec une nouvelle ceinture plus éloignée de 23 forts ou ouvrages fortifiés ("Grande Ceinture"). Les articles concernant ces 2 phases de construction sont placés dans leurs périodes historiques respectives.

JPEG - 22.6 ko
Type de fort Séré de Rivières

Par ailleurs avec la réunion de la Savoie en 1860, une politique de fortification des frontières alpines se développe jusqu’aux forts Maginot, avant la guerre de 1939-1945.

Le livre illustré relatant l’histoire des Défenses de Lyon, enceintes & fortifications, paru en 2006 et coédité par les Éditions Lyonnaises d’Art & d’Histoire et l’Association des Amis du Musée d’Histoire Militaire de Lyon et de sa Région a été réédité en 2010 et est à nouveau disponible en librairie.

CASERNES et CAMPS MILITAIRES

A la Révolution, beaucoup de maisons religieuses et autres bâtiments sont transformées en casernes, comme la caserne de Serin et les Subsistances. Par la suite d’autres casernes sont édifiées à l’intérieur des forts, comme le quartier Général Frère, le fort La Motte, le fort St-Laurent et le fort St-Jean. Enfin des quartiers militaires sont construits sur des sites disponibles, comme les casernes de la Part-Dieu, la caserne de la Mouche...

Par ailleurs des camps militaires sont établis en dehors des villes, comme les camps de Sathonay et de la Valbonne.

Dernière modification05/2016

Le FORT SAINT-IRENEE

Mercredi 17 avril 2013 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Le FORT SAINT-IRÉNÉE à LYON :
Après le Siège de Lyon en 1793 et l’occupation par les Autrichiens (1814 et 1815) s’impose la nécessité de fortifier la ville de Lyon. Le roi Louis-Philippe lance les travaux. A Lyon c’est le général Rohault de Fleury qui les conçoit et les réalise à partir de 1830. Sur la rive droite de la Saône, il rétablit l’enceinte fortifiée, protégée par 5 forts détachés et 2 "lunettes". Le fort Saint-Irénée est construit sur un point haut au sud du bourg du même nom de 1834 à 1842. Les (...) Lire la suite »

La CASERNE de la MOUCHE - QUARTIER SABATIER

Vendredi 5 avril 2013 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

La CASERNE de la MOUCHE - QUARTIER SABATIER :
En 1887 l’Arsenal de Lyon implanté rue Bichat dans le quartier Perrache devient insuffisant pour la fabrication industrielle d’obus à la mélinite. Un nouvel établissement industriel est créé dans le quartier de Gerland/ la Mouche sur une vaste emprise militaire entre le boulevard de l’Artillerie à l’ouest et les vois ferrées à l’est. Les bâtiments les plus anciens datent de 1890. Dans le quartier sont regroupés : la caserne de la Mouche, dont l’entrée est à (...) Lire la suite »

Les SUBSISTANCES de Lyon

Lundi 1er octobre 2012 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Les SUBSISTANCES : du COUVENT à la CRÉATION ARTISTIQUE :
Sur la rive gauche de la Saône, en aval de la caserne de Serin (DRAC), quai Saint-Vincent, un ensemble de bâtiments a été longtemps une importante emprise militaire à Lyon : les Subsistances Militaires.
Le COUVENT SAINTE-MARIE des CHAÎNES :
C’est en face du château de Pierre-Scize, qu’en 1640 des religieuses de l’ordre de la Visitation achètent un terrain pour y établir leur troisième monastère sur Lyon ; elles y font construire un petit (...) Lire la suite »

Le CAMP de la VALBONNE

Lundi 2 juillet 2012 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Le CAMP MILITAIRE de la VALBONNE 1873-2012
Après 1870 le camp de Sathonay, créé sous le Second Empire par le maréchal de Castellane, apparait vite insuffisant. L’armée a besoin pour ses manoeuvres d’un espace plus vaste et plus éloigné de la ville. Le général Bourbaki, gouverneur militaire de Lyon, soutient le projet de création d’un vaste camp utilisant la plaine agricole au nord du Rhône à l’est de Lyon, à proximité de la route nationale et de la voie ferrée Lyon-Genève.
Sa création est approuvée par (...) Lire la suite »

Le GRENIER D’ABONDANCE ou CASERNE de SERIN

Mercredi 11 avril 2012 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Le GRENIER D’ABONDANCE ou CASERNE DE SERIN à LYON :
Ce majestueux bâtiment de 130 m de long et de 18 m de largeur, avec un corps central surmonté d’un fronton triangulaire, est situé à Lyon sur la rive gauche de la Saône, quai Saint-Vincent, au pied de la falaise rocheuse de la Croix-Rousse. Il est mitoyen du coté nord avec le fort Saint-Jean, bastion de l’enceinte de la Croix-Rousse. Au pied du fort se trouvait la porte de la ville au XVII° siècle, qui ouvrait au nord sur le faubourg de Serin.
Du (...) Lire la suite »

Le CHÂTEAU D’AUBENAS (ARDECHE)

Mardi 13 septembre 2011 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Le CHÂTEAU D’AUBENAS (ARDECHE) :
Aubenas est un chef-lieu de canton du département de l’Ardèche ; la vieille ville est perché sur un rocher calcaire dominant la vallée de l’Ardèche et est elle-même dominée par le château. Au pied du rocher passe la route du Puy- en-Velay à Montélimar : Aubenas est donc un point stratégique.
Il n’est donc pas étonnant que cette position ait été l’objet d’une rivalité prolongée entre les évêques de Viviers et ceux du Puy. L’évêque du Puy l’emporte au XI° siècle et en 1084 (...) Lire la suite »

Le FORT de la VITRIOLERIE - QUARTIER GENERAL FRERE

Jeudi 18 août 2011 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Le FORT de la VITRIOLERIE - QUARTIER GENERAL FRERE :
Avant le XIX° siècle cette zone de la rive gauche du Rhône était une zone basse inondable. Avant la Révolution, il s’y était implanté une manufacture de vitriol (acide sulfurique) et de salpêtre. Pendant la Révolution l’entreprise souffre des réquisitions et du pillage par l’armée conventionnelle. L’activité continue sous l’Empire et la Restauration.
Le FORT :
Après 1830 le général Rohault de Fleury devient commandant supérieur des fortifications de (...) Lire la suite »

Le CHÂTEAU et FORT LAMOTTE (Lyon)

Samedi 14 mai 2011 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

CHÂTEAU et FORT LAMOTTE (LAMOTHE)- QUARTIER SERGENT BLANDAN :
Cette emprise militaire du 7° arrondissement de Lyon se distingue par une riche histoire. Sur la rive gauche du Rhône, il existe un certain nombre de petites éminences naturelles : le nom de celle qui nous intéresse, aussi écrit LA MOTTE ou LAMOTHE vient du fait qu’elle a très probablement porté une "motte" féodale (XI°-XII° siècles). Située au sud-est du faubourg de la Guillotière, elle devait contrôler le nœud routier des communications (...) Lire la suite »

Le FORT de SAINTE-FOY

Mercredi 4 mai 2011 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

Le FORT de SAINTE-FOY-lès-LYON :
Placé à 300 m d’altitude sur la crête de la colline qui fait suite à celle de Fourvière vers le sud, le fort de Sainte-Foy est le mieux conservé des forts dits de la "petite ceinture lyonnaise" conçue à partir de 1830 par le Général Rohault de Fleury. Cet ensemble fortifié devait protéger Lyon considérée comme camp retranché après les occupations par les autrichiens en 1814/1815.
La construction du fort de Sainte-Foy s’est échelonnée de 1843 à 1851, mais il a accueilli une (...) Lire la suite »

Le CAMP de SATHONAY

Dimanche 30 janvier 2011 // 16 : FORTS, FORTIFICATIONS, GARNISONS, CASERNES et CAMPS MILITAIRES

SATHONAY et le QUARTIER MARECHAL de CASTELLANE :
Sathonay est un village perché au bord du plateau de la Dombes, cité depuis le XII° siècle. Le village est une seigneurie sous la suzeraineté des sires de Beaujeu jusqu’en 1327, puis brièvement du dauphin de Viennois et enfin des comtes de Savoie de 1354 jusqu’en 1601, année du traité de Lyon qui rattache la Bresse au royaume de France.
En 1790 Sathonay est placée dans le département de l’Ain. Le 20 mars 1814 pendant que Augereau s’oppose au gros de (...) Lire la suite »

1 | 2 | 3