Le Président à Lyon 1915

VISITE DU PRÉSIDENT POINCARÉ À LYON 11-12 septembre 1915 :

1915, deuxième année de la Grande Guerre… Lyon et sa région prennent une part très importante d’un colossal effort industriel de guerre. Le président de la République M. Raymond Poincaré décide d’aller se rendre compte sur place des fabrications en cours. Il était venu une première fois à Lyon dans un contexte bien différent en mai 1914 pour visiter l’Exposition Universelle et l’Ecole de Santé Militaire. Ce voyage du train présidentiel n’est pas annoncé par raison de sécurité.

Le président suivi d’Albert Thomas

Le samedi 11 septembre, accompagné d’Albert Thomas secrétaire d’état à l’armement, du maire E.Herriot, du préfet Raulx et du commandant militaire de Lyon le général Meunier, il visite le matin les usines d’Oullins qui fabriquent obus explosifs et bombes-flèches, les établissements Hotchkiss qui produisent 200 mitrailleuses par mois puis les ateliers de construction et le parc d’artillerie de la place. Toutes ces entreprises sont en plein travail et le président ne manque pas de les remercier de concourir ainsi à la défense nationale.

Poincaré, Albert Thomas, Edouard Herriot

Le même jour dans l’après-midi il se déplace dans la région de Saint-Etienne et termine par la manufacture d’armes de cette ville, où se fabriquent fusils et revolvers. Le président passe la nuit dans son wagon placé sur une voie de garage.

Le lendemain dimanche 12, le train présidentiel revient à Lyon. Le président enchaîne à nouveau des visites rapides d’usines : Pignet,
- Teste, usine de tréfilerie rue de la Claire à Vaise
- Rochet-Schneider, usine d’automobiles, chemin Feuillat qui produit des camions
- Berliet à Montplaisir qui construit le camion CBA, mais aussi des obus.
- l’Eclairage Electrique qui produit des obus et des éléments de fusée.
Poincaré déjeune ensuite dans son wagon avec Herriot, Raulx et Meunier.

Sur le terrain d’aviation de Bron

L’après-midi il est au terrain d’aviation de Bron, où sont essayés de nouveaux avions fabriqués par les ateliers aéronautiques de Lyon. Il est ensuite à l’école de rééducation et d’apprentissage d’un métier pour les mutilés, ouverte 41 rue Rachais, par le maire de Lyon.

A l’école des mutilés

Le président se rend ensuite à l’Hôtel de ville, où sont organisés sous la direction de madame Herriot des services d’envoi de colis aux prisonniers, de recherche de disparus, de secours aux réfugiés. Poincaré va ensuite voir les blessés hospitalisés à l’Hôtel-Dieu : il remet des Croix de Guerre et des médailles militaires aux hospitalisés dans la cour.

Sortie de l’Hôtel de Ville avec Albert Thomas, suivi d’Edouard Herriot

Le président de la République quitte Lyon le lendemain pour Belfort. À cause de la censure, ce voyage présidentiel est signalé en seulement 20 lignes en page intérieure du journal « le Progrès » du mardi suivant…

Article de 2015remis en ligne 01/2024

Sources : Raymond Poincaré – souvenirs tome VII 1915 Guerre de siège – Plon 1931 / photos: documents Musée Militaire

L’aviateur Pégoud

ADOLPHE PÉGOUD (1889-1915) AS de L’AVIATION

Célestin Adolphe Pégoud est né à Montferrat (Isère), fils de petits propriétaires terriens. Il a soif d’aventures et à 18 ans en 1907 s’engage au 5° Chasseurs d’Afrique au Maroc, puis en Algérie. Ayant contacté le paludisme, il est muté en 1909 au 2° Hussards de Gray, puis au 3° Régiment d’Artillerie Coloniale à Toulon. Il s’y lie avec le capitaine Carlin, passionné d’aviation. Ils sont mutés ensemble au camp de Satory, où Pégoud va faire son baptême de l’air en octobre 1911. Il participe aux manœuvres de 1912 comme aide-mécanicien, mais son but est désormais de devenir aviateur.

Dès la fin de son engagement militaire en février 1913, il passe son brevet de pilote et est aussitôt embauché comme pilote d’essai chez Blériot. En août 1913, il expérimente et réussit un saut en parachute en abandonnant son avion en vol. Le mois suivant il réalise le premier vol « tête en bas » puis un looping, qu’il refait en public le 21 septembre. Cela lui vaut une grande notoriété. Il se consacre alors à l’acrobatie aérienne avec de nombreuses démonstrations en Europe.

Août 1914 début de la Grande Guerre… Mobilisé le brigadier pilote Pégoud est affecté à la défense de Paris et il effectue d’audacieuses missions de reconnaissance. En octobre des reconnaissances pour la III° armée dans la région de Maubeuge lui valent une première citation. Il va bientôt abattre son premier avion ennemi en combat aérien. En février 1915, il abat 2 avions ennemis et force un troisième à se poser derrière les lignes françaises. Son avancement est rapide : il est nommé sergent, puis adjudant, puis sous-lieutenant. En avril 1915 il est muté à l’escadrille MS49 de Belfort, où il vole sur avion Morane-Saulnier type L. Il devient le premier pilote français avec 5 victoires confirmées à atteindre le statut d' »As ». En juillet 1915 une sixième victoire aérienne lui vaut une 2ème citation.

Pégoud devant son avion

Il venait d’être nommé chevalier de la Légion d’Honneur, quand malheureusement il est abattu en combat aérien le 1er septembre 1915 au dessus de Petit-Croix à l’est de Belfort. Son vainqueur est un de ses anciens élèves le caporal Kandulski; celui-ci chevaleresque survole le lieu du combat quelques jours après et y jette une couronne qui porte: « A l’aviateur Pégoud, mort en héros pour sa patrie, hommage du vainqueur » . Il sera lui-même abattu et Pégoud « vengé » en mai 1916.

Pégoud est enterré au cimetière Montparnasse à Paris et un monument commémore sa mémoire dans son village natal. Sa mort est annoncée en première page du « Progrès » du jeudi 2 septembre 1915 avec une photo sur laquelle figure le dessin de son looping.

En décembre 2023 une de salles du 1er étage du Cercle Général Frère a été baptisée du nom de Pégoud.

Images : l’Illustration 1915 – Wikipedia / journal Le Progrès – bibliothèque municipale

Article de 2013    – modifié et remis en ligne 12/2023  

La Connétable de Lesdiguières

François de BONNE, Connétable Duc de LESDIGUIÈRES (1543-1626)

Blason de François de Bonne

Né à Saint-Bonnet en-Champsaur, François de Bonne seigneur de Lesdiguières, petit fief dauphinois en Champsaur, va devenir un grand homme de guerre au temps des guerres de religion. Lesdiguières entre très jeune dans le métier des armes au ordres du baron de Gordes lieutenant-général du Dauphiné. Il rejoint ensuite la cause des Réformés du Dauphiné. Remarqué, il devient l’un des lieutenants de du Puy-Montbrun.


Celui-ci pris et exécuté à Grenoble en 1575, Lesdiguières parvient au commandement des réformés du Dauphiné à partir de 1577. Il tente de prendre le château de Crest, mais n’y parvient pas.
Après la perte de la Mure et le traité de Fleix, il accepte de discuter avec Maugiron lieutenant-général du Dauphiné : ils arrivent à un accord à la fin de 1581 à Grenoble. Mais la guerre reprend, Lesdiguières s’empare de Die, Embrun et en 1585 de Montélimar qu’il fait fortifier. Il conduit ensuite les opérations au nord de la région et en 1587 subit un échec à Jarrie : ses troupes aidées de forts contingents suisses sont battues par l’armée royale avec Alphonse d’Ornano à la tête de ses corses.

Lesdiguières

En 1589 l’accord entre Henri III et Henri de Navarre le protestant change la donne, cela l’amène à collaborer avec Alphonse d’Ornano, nommé lieutenant-général en Dauphiné par le Roi, pour lutter contre la Ligue, faction catholique devenue alors l’ennemie du pouvoir royal. En cette année 1589 Henri de Navarre devient le Roi Henri IV. Lesdiguières opère à l’est et s’empare de Grenoble, pendant que d’Ornano subit un échec à Givors (1590), que Lesdiguières prend en 1591.

A la lutte contre la Ligue s’ajoute un conflit extérieur. Lesdiguières, désormais fidèle au roi, défend le Dauphiné contre les intrusions du duc de Savoie Charles-Emmanuel Ier et le bat à la bataille de Pontcharra (1591) ; il est alors nommé gouverneur de Grenoble par le Roi.

A Grenoble, il entreprend de grands travaux : fortifications de la Bastille et de la ville, quais, digues, le pont de Claix. En 1597 il crée le régiment de Lesdiguières qu’il transmettra à son gendre sous le nom de régiment de Créqui. Dans le contexte de la guerre avec l’Espagne, il est nommé lieutenant-général en Dauphiné à la place de d’Ornano et intervient en Savoie : il bat deux fois les troupes du duc de Savoie à Chamousset et aux Mollettes et s’empare du fort de Barraux (1598). En 1600, il est au côté d’Henri IV dans une nouvelle guerre contre le duc de Savoie ; celui-ci au Traité de Lyon (1601) perd la Bresse, le Bugey, le Valromey et le pays de Gex.

Hôtel de Lesdiguières à Grenoble

Lesdiguières devient maréchal de France en 1609, duc et pair de France en 1611 et enfin gouverneur du Dauphiné en 1612. Il fait construire à Grenoble l’hôtel qui porte son nom (ancienne mairie) et le château de Vizille au sud de Grenoble (1600-1619).

Enfin il se convertit au catholicisme en 1622, la Reine Marie peut alors intervenir auprès de Louis XIII pour que lui soit accordée la dignité suprême honorifique de Connétable de France ; il sera le dernier dans l’histoire à porter ce titre…

Lesdiguières meurt en 1626, à l’âge de 83 ans.

Une ancienne caserne de Grenoble s’est appelée caserne de Bonne et un lycée hôtelier porte le nom de Lesdiguières.

Gisant du mausolée de Lesdiguières, aujourd’hui au musée de Gap

Article de 2010 – dernière modification 11/2023

Les Télécommunications de la Grande Guerre

Le RÔLE de la RÉGION dans les TÉLÉCOMMUNICATIONS

GUSTAVE FERRIÉ et la TSF
Né à Saint-Michel-de-Maurienne, Gustave Ferrié (1868-1932), polytechnicien, officier du Génie, s’oriente vers la télégraphie et se consacre au développement de la télégraphie sans fil (TSF) et participe en 1899 aux premières expériences radio de Marconi. Il est chargé par le ministère de la guerre de développer les applications militaires de la TSF. En 1903 il perfectionne la TSF en inventant un nouveau récepteur « électrolytique » et peut installer une antenne au sommet de la tour Eiffel grâce au soutien de Gustave Eiffel qui cherche à donner une seconde vie à sa tour. L’état-major ne voyait pas encore l’intérêt de ce nouveau type de communication. L’émetteur radio de 60 kw passe d’une portée de 400 km à 6000 km en 1908 et en 1914 il permet d’entrer en contact avec la Russie.

Ferrié manipulant un appareil

L’ÉMETTEUR DE LA DOUA
En 1914 au début de la guerre, l’émetteur de la tour Eiffel reste le seul moyen de communication, mais Paris est menacé et le colonel Ferrié propose l’installation d’un émetteur à Lyon. Un émetteur à « étincelles » SFR de 50 KW est alors à Marseille en partance pour Saïgon ; son convoyeur le capitaine Péri reçoit l’ordre de le ramener sur Lyon ; il l’installe sur le terrain militaire de la Doua à Villeurbanne avec l’aide de l’ingénieur Joseph Béthenod. Ils font monter 8 pylônes de 120 m et tendre 13 câbles de 750 m et installent des baraquements provisoires. Le 29 septembre 1914 l’installation fonctionne et on peut entrer en contact avec la Russie et la Serbie nos alliés. Des bâtiments en dur sont construits en 1916. Ferrié et son équipe continuent leurs recherches, permettant en 1917 de remplacer l’émetteur à étincelles par un émetteur à arc de puissance double de celui de la tour Eiffel qui permet d’émettre en « ondes entretenues » (au lieu des ondes amorties).


Le Cdt Chaulard successeur du capitaine Péri améliore l’installation de la Doua : 2 pylônes de 200 m et 6 de 180 m avec une meilleure prise de terre permettent une liaison toute l’année avec l’Amérique. L’installation est encore améliorée en 1919 avec un alternateur haute fréquence permettant de communiquer avec toutes les colonies. En 1921 l’installation est reprise par les PTT.

L’installation de la Doua en 1918

Ferrié, nommé Général en 1918 à 51 ans, a été un acteur majeur du développement des télécommunications et par là a contribué à la victoire finale.

Le général Ferrié


Les LAMPES RADIO TM


Vers 1907 un américain avait inventé une lampe à 3 électrodes permettant un effet amplificateur. Le colonel Ferrié comprend l’intérêt de ce matériel ; en octobre 1914 il réunit une équipe à la Doua pour travailler sur le sujet, qui bénéficie de la proximité de la manufacture de lampes Grammont (usine du Belvédère à Caluire, quartier du Clos-Bissardon).

Une lampe TM

Après différents essais non satisfaisants, Grammont met au point une ampoule de verre sphérique à électrodes horizontales avec une embase à 4 broches la lampe TM (pour Télégraphie Militaire), fabriquée à partie de novembre 1915 par Grammont et la Compagnie des Lampes de Paris, qui livrent 100000 lampes en 1916 et 1000 lampes par jour fin 1918, facturés 5 F pièce (soit environ 15 €). Leur durée de vie était courte (quelques centaines d’heures). De multiples appareils bénéficient de ces lampes TM : amplificateurs, récepteurs, puis émetteurs. Elles sont adoptées par les Anglais et les Américains.

Article de 2010
Dernière modification 11/2023 — Documents : Michel Siméon

Le Général Touchon Gouverneur en 1939

Le GÉNÉRAL Robert TOUCHON, GOUVERNEUR MILITAIRE de LYON en 1939

La FORMATION D’UN ALPIN
Né en 1878 à Paris, Robert Touchon devient élève de l’École Militaire de Saint-Cyr en 1899. Il opte pour l’infanterie et rejoint le 14° BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins) à Embrun : il s’y forme à la pratique de la montagne et devient un alpiniste expérimenté et un excellent skieur. En 1908 le 14°BCA est déplacé à Grenoble, où en 1911 Touchon sauve 2 alpinistes perdus en montagne.
En 1912-1914 il participe aux opérations de pacification au Maroc, où il mérite une première citation. Promu capitaine il rentre en France en mars 1914 pour être affecté au 30°BCA à Grenoble.

La GRANDE GUERRE
Elle commence pour lui sur le front des Vosges à la tête d’une compagnie : dès les premiers combats il obtient la Légion d’Honneur. En décembre à la Tête des Faux malgré une blessure, il résiste héroïquement à la tête de sa compagnie à un ennemi supérieur en nombre, ce qui lui vaut 2 citations. Il est muté ensuite au 54° BCA pendant 14 mois où il combat sur les crêtes des Vosges (Bonhomme, Linge) avec 2 blessures et 2 autres citations.
Promu chef de bataillon il prend le commandement en avril 1916 du 115° BCA dont son énergie va faire une troupe d’élite. Après de nouveaux combats dans les Vosges (Hartmannswillerkopf), le 115° est transféré sur le front de l’Aisne et en Champagne. Touchon y est blessé pour la 3ème fois en juillet 1917. Il est ensuite envoyé sur le front italien (12/1917-04/1918) puis sur le front de l’Ourcq et enfin vers St-Quentin : en cette dernière année de guerre avec le 115° chasseurs il mérite 4 nouvelles citations et reçoit une 4ème blessure.

Général de Brigade en 1934

ENSEIGNANT et CHEF de CORPS
Pendant 8 ans il est ensuite professeur d’infanterie à l’École Supérieure de Guerre (ESG), où il fait profiter de son expérience.

Lieutenant-colonel en 1923, il est colonel en 1928 année où il prend le commandement du 159° RI à Briançon (1928-30). Son expérience de la montagne en fait un chef de corps efficace, très apprécié par le général Dosse commandant la 27° Division alpine.

Il retrouve le professorat d’infanterie à l’ESG pendant 2 ans (1930-32), avant de commander pendant quelques mois l’École de l’Infanterie et des chars de combat à St-Maixent. Promu général en janvier 1934 il rejoint l’État-Major de l’Armée (1933-35).

Le GOUVERNEUR MILITAIRE DE LYON
Général de Division en 1936 il commande la 42° Division d’infanterie (DI) à Metz (1936-38) pour être ensuite nommé Gouverneur Militaire de Lyon et commandant de la 14° région militaire en juin 1938 avec le grade de général de corps d’armée. Il ne manque pas les occasions de retourner en montagne et à Briançon.

A Lyon en 1939
1939 en tenue d’éclaireur-skieur

La CAMPAGNE de FRANCE
À la mobilisation de septembre 1939 son corps d’armée fait partie de la 6ème Armée, qui reste sur le front des Alpes jusqu’en décembre. Il est alors nommé commandant de cette 6° Armée, mais ce n’est qu’un état-major sans grandes unités subordonnées qui quitte la région. En février il est promu général d’armée et est remplacé à Lyon par le général Hartung.


En mai 1940 il est chargé de combler l’espace entre les 2° et 9° armées après la percée de Sedan de l’armée allemande. Les divisions qu’on lui affecte en renfort tardent à arriver, il organise le 16 mai une ligne de défense sur l’Aisne et le canal de l’Ailette. Du 21 mai au 4 juin la 6° Armée contient la pression ennemie. Le 5 juin les allemands reprennent l’offensive et réalisent une percée entre les 6° et 4° armées. La retraite générale est inévitable. Touchon coordonne le repli de ses unités évitant la capture à des milliers d’hommes. Il est dans la Creuse le 19 juin jour de l’Armistice.

le général Touchon en 1940

La FIN D’UNE CARRIÈRE
Le 1er juillet 1940, il reprend son commandement à Lyon pour peu de temps puisqu’il quitte le service actif le 20 août et est remplacé par le général Frère.

Il se retire au nord de Grenoble ; arrêté par les allemands en juillet 1944 et incarcéré à la prison Montluc, il est rapidement libéré.
Le général Touchon, un alpin de légende, décède en 1960 à 81 ans à l’hôpital militaire de Grenoble.

Article de 2019 -remis en ligne 11/2023

Sources : Fr. de Lannoy, M.Schiavon – les généraux français de 1940 – ETAI 2013 / B. Demotz & col. – les Gouverneurs Militaires de Lyon – ELAH 2010

Bataille de Montélimar

La BATAILLE de MONTÉLIMAR 21-27 août 1944

LES SUITES du DÉBARQUEMENT EN PROVENCE
Il y a 70 ans le 15 août 1944 opération « Dragoon » : le débarquement allié en Provence réussit pleinement.

Général Patch

Les forces alliées du général Patch comprennent :
Le 6° corps d’armée américain (6° USAC) du général Truscott, qui comprend 3 divisions d’infanterie les 3°, 36°, 45° USID et la TFB (Task Force B).
Le 6°USAC monte rapidement vers le nord par la route des Alpes. Dès le 20/08 la TFB est à Sisteron.

Le groupement B (future 1ère Armée Française) du général de Lattre de Tassigny, dont une partie libère Toulon puis Marseille (28/08) et monte ensuite par la rive droite du Rhône ; l’autre partie prend la route des Alpes derrière les américains. Elle n’est pas concernée par cette bataille.

Menacées d’être isolées dans le sud de la France, les troupes allemandes qui y sont stationnées vont se replier à partir du 17/08 principalement par la vallée du Rhône et la route nationale 7. Il s’agit de la XIX° armée (général Wiese) comprenant 2 divisions d’infanterie (ID 198 et 338) et une division blindée la 11° Panzerdivision (PzD11 – général von Wietersheim).

Les CIRCONSTANCES DE LA BATAILLE
La Résistance facilite l’avance rapide des américains dans les Alpes, alors qu’elle gène les allemands dans leur remontée de la vallée du Rhône : dans la nuit du 16 au 17 le commando du capitaine Faure fait sauter le pont sur la Drôme entre Loriol et Livron au nord. La manœuvre s’impose alors au commandement US de rabattre en tenaille des unités de la route des Alpes sur la vallée du Rhône pour attaquer les allemands de flanc : c’est la bataille de Montélimar.

Un des engagements avant la bataille…

La bataille s’est déroulée dans le « chaudron », quadrilatère à l’est du Rhône et limité au nord par la Drôme et au sud par le Roubion séparés par 20 km. Le repli allemand est extrêmement handicapé par la destruction du pont sur la Drôme qu’ils doivent passer à gué ou sur des ponts de bateaux établis par le génie. Cela crée des embouteillages, qui sont des cibles de choix pour les attaques aériennes des alliés, obligeant les allemands à circuler le plus possible de nuit.

Le VERROUILLAGE 22-24 août
Au soir du 21/08 Truscott fixe Montélimar comme objectif. Le 23 une unité américaine de la 36°USID débouche dans la cuvette du Roubion et tente de s’emparer de Montélimar. Elle se heurte à la PzD11 : les américains et les FFI trop faibles doivent se replier sur les hauteurs de Marsanne. Les unités de la 36°USID convergent en renfort et l’artillerie divisionnaire prend position sur les hauteurs de Marsanne.
Des éléments de la Pzd11 montent en direction de Loriol, traversent la Drôme, s’emparent de Grane, mais sont contenus par l’artillerie US et se mettent en position défensive à l’est de Loriol et Livron.

Le PASSAGE en FORCE 25-26 août 
Le 25/08 une unité de la 36°USID arrive à barrer le passage sur la RN7 à la Coucourde. Dans la nuit du 25 au 26 la Pzd11 va forcer le passage après un furieux combat de chars ; elle commencera à traverser la Drôme au matin. Dans l’après-midi du 26 août la Pzd11 attaque en direction d’Allex : ils sont contenus par l’artillerie de la 45°USID.
Entre temps et dès le 24 l’ID198 s’est engagée en flanc-garde dans la vallée du Roubion se heurtant aux ligne américaines (bataille de Sauzet) : les agglomérations de cette vallée subissent d’importants dégâts. Le 26/08 la PzD11 a atteint ses objectifs et permet à l’ID198 d’amorcer son repli.

Le DÉNOUEMENT 27-29 août
Pendant que la PzD11 progresse vers Valence, les 2 divisions d’infanterie allemandes l’ID198 et l’ID338 en arrière-garde doivent remonter de Montélimar à Livron sous le pilonnage des chasseurs-bombardiers et surtout de l’artillerie, sur un itinéraire encombré. L’infanterie allemande subit de fortes pertes en matériel et véhicules qu’elle doit abandonner ou détruire.

général Dahlquist 36° USID

Le 29/08 des éléments de la 36°USID, appuyés par les résistants entrent à Montélimar. Les défenseurs de la crête de Marsanne peuvent quitter leur position. Au soir de ce jour la 36°USID commence le franchissement de la Drôme, laissant à la 3°USID et aux FFI le nettoyage définitif du « chaudron ».

Le rôle de l’artillerie a été essentiel : les américains ont tiré plus de 50000 obus. Les allemands ont subi de lourdes pertes matérielles, mais l’essentiel de leur corps d’armée a pu s’exfiltrer de cette nasse, par sa combativité et son habileté de manœuvre face au rouleau compresseur américain.

Les américains déplorent environ 500 tués et 1000 blessés, FFI et FTP ont eu 200 tués. Quant aux allemands ils ont perdu un millier de tués, 2000 blessés, 3000 prisonniers. 550 civils ont été tués par les bombardements.

Après Montélimar, Valence est libérée par les FFI le 31 août ; St-Rambert d’Albon et Vienne le 2 septembre. La libération de Lyon interviendra le 3 septembre.

Article de 2014 / remis en ligne 11/2023
Sources : François Lescel – Objectif Lyon – DG Communication Lyon 2004 / Pierre Balliot – la Drôme dans la guerre : la bataille de Montélimar – De Borée 2012

Libération de la Loire

LIBÉRATION DE LA LOIRE Août 1944

Les GMO de MAREY 
Dans le département de la Loire, l’organisation de la Résistance à l’occupation allemande est essentiellement l’oeuvre d’un homme d’exception, le capitaine Jean Marey (1906-1959).

Jean Marey

Natif de Merle (42) à 2 km d’Estivareilles, officier d’active, il sert comme instructeur dans les années 30, il est encore instructeur en 40-41 à Aix-en-Provence où les écoles d’officiers sont repliées. En 1941-42 il sert au 5°RI replié dans le cadre de l’armée d’Armistice à St-Etienne.


À la dissolution de l’Armée d’Armistice en novembre 1942, il passe dans la clandestinité, devient le délégué de l’ORA de la Loire en mars 1943, puis après la fusion avec l’Armée Secrète (AS) devient le chef départemental en octobre 1943. Marey « Hervé » est de petite taille, mince, énergique et déterminé. Dès le printemps 1943 il a constitué une équipe de 5 officiers pour organiser l’AS dans tous les secteurs de la Loire sous la forme de Groupes Mobiles d’Opération (GMO).

À la différence des formations habituelles de maquisards trop nombreux et mal armés, les GMO sont encadrés par personnels aguerris, ne recrutant que des vrais soldats, bien armés, bien implantés localement et obéissant à des règles de conduite très strictes et sévères. En particulier Marey estime que tant que les résistants seront traités en francs-tireurs, il faut être implacable avec les allemands et miliciens capturés et les fusiller.

Le REPLI des ALLEMANDS
Le débarquement allié en Provence entraîne le repli des garnisons allemandes de la région. L’ordre de repli leur parvient le 17 août. La plus excentrée est la garnison du Puy, qui évacue la ville le 18 au soir. Un détachement laissé en arrière-garde doit se rendre le lendemain. La garnison de St-Etienne évacue la ville le 19 et n’attend pas la garnison du Puy. Celle-ci ne prend pas la route directe le Puy -St-Etienne, jugée trop peu sûre, mais un itinéraire plus difficile passant par Craponne, Usson, Estivareilles, St-Bonnet le Château.
Les 18 et 19 août la colonne est freinée dans sa progression, car elle est harcelée dès le départ par les FTP du camp Wodli de la Haute-Loire (commandant Théo Vial-Massat), qui a 10 tués dans l’accrochage de Bellevue-la-Montagne. Au soir du 19 la colonne n’a pas dépassé Craponne.

La BATAILLE D’ESTIVAREILLES
Ce même soir Marey qui se trouve à Estivareilles bat le rappel de tous ses GMO. Le 20 il place le GMO Bir Hakeim (le seul dont il dispose) en avant d’Usson pour retarder les allemands, qui ne peuvent dépasser ce village.
Le 21 la colonne reprend sa marche, mais est bloquée à l’entrée d’Estivareilles, car Marey a dans la nuit fait sauter un pont. La zone est alors complètement encerclée par tous les GMO arrivés en renfort. Toute la journée les combats sont nombreux, courts et parfois meurtriers. Au soir du 21 les allemands ne peuvent plus s’échapper, mais sont encore puissants et capables d’infliger de lourdes pertes s’ils se défendent jusqu’au bout.
Au début de la nuit, Marey fait saper le moral des allemands par des tirs venant de toutes les directions, des mouvements de camions bruyants et des appels par haut-parleur à la reddition. Le colonel allemand Metger se résout à négocier : il est conduit au hameau de Pommiers devant Marey qui bluffe en exagérant les moyens dont il dispose et qui somme le colonel de se rendre à 23h. Après concertation avec ses officiers, le colonel allemand accepte de se rendre. La colonne allemande qui a eu une cinquantaine de tués et une centaine de blessés compte un millier d’hommes, femmes et enfants, qui sont acheminés sur St-Bonnet-le-Château, où le 23 les troupes de Marey organisent une prise d’armes improvisée.
La bataille d’Estivareilles a été magistralement conçue et exécutée grâce à la puissance de feu et la mobilité des GMO organisés par Marey.

Officiers allemands prisonniers après Estivareilles

LIBÉRATION de SAINT-ÉTIENNE
Le départ des allemands de la ville le 19 août entraîne un vide du pouvoir pendant près de 3 jours. Le 20 dans l’après-midi un groupe FTP d’Ardèche arrive en ville et désarme les GMR ; sous leur protection un premier numéro d’un journal de libération sort le 21. Ce jour-là le Comité de Libération du Département (CDL) nomme un préfet provisoire. Le 22 Marey envoie le groupement Strasbourg (3 GMO) à St-Etienne en pleine fièvre de libération. Le 25 enfin c’est l’entrée triomphale des hommes de Marey, qui défilent dans la ville en liesse avec les prisonniers d’Estivareilles.

Défilé du 25/08/1944 – prisonniers allemands sur le camion

PARTICIPATION aux COMBATS DU RHÔNE (Ouest-Lyonnais)
Marey est ensuite contacté par Henri Provisor (« Darciel ») commandant la résistance Rhône-Loire-Ardèche pour participer à la libération de l’ouest lyonnais. Marey se rend le 29 au PC d’Yzeron ; il y reçoit la mission de harceler les convois allemands au sud du Rhône. Marey concentre ses GMO sur Thurins avec le renfort de parachutistes SAS. Les accrochages ont lieu les 29 et 30 à Montagny et les Sept-Chemins, le 30 au Pont-rompu près de Mornant et Taluyers – le Bâtard le 31/08 et 1er septembre, combats dans lesquels s’illustrent les GMO Cassino, Bir Hakeim, 18 juin et Liberté.

L’ARRIVÉE de l’ARMÉE DE LATTRE
Le 1er septembre le 1er escadron du 2°RSAR (Spahis Algériens de Reconnaissance) traverse difficilement St-Etienne en raison de la foule pour aller stationner à Terrenoire. Le lendemain à la préfecture une importante réunion d’état-major rassemble les généraux de Monsabert (2°CA) et ses adjoints Brosset (1°DFL) et du Vigier (1°DB), leurs subordonnés et les chefs de la Résistance.

Passage d’éléments de la 1ère Armée Française à St-Etienne

le 3 septembre les fusiliers marins de la 1ère DFL atteindront Lyon à son tour libérée.
Jean Marey, héros de la Résistance de la Loire, continuera sa carrière militaire: devenu colonel il sera tué dans une embuscade en Algérie en 1959.

Article de 2016 / remis en ligne 10/2023

Source : François Lescel – Objectif Lyon – DG communication 2004 / Pascal Chambon – La Loire dans la seconde guerre mondiale – Sutton 2010

Vallette d’Osia et la Haute-Savoie

Le GENERAL Jean VALLETTE D’OSIA (1898-2000)

Issu d’une famille du Haut-Limousin, Jean Vallette d’Osia entre à l’école de Saint-Cyr à 17 ans (1916) et est rapidement envoyé au combat sur l’Aisne avec le 19° RI. Pour fait d’armes sur le Chemin des Dames, il reçoit la Légion d’Honneur à 19 ans. Il participe à la grande offensive en Champagne (1918), où il est sérieusement blessé.

Sous-lieutenant en 1920, il fait un séjour au Maroc dans la Légion Etrangère puis en 1925 est affecté au 6° BCA (Bataillon de Chasseurs Alpins) à Grenoble : lieutenant puis capitaine, il effectue de nombreuses manoeuvres qui lui font connaître les terrains des Alpes de Chamonix au col de Larche. Il est admis à l’Ecole de Guerre en 1934. De 1936 à la déclaration de guerre de 1939 Vallette d’Osia sert à l’état-major de la 14° RM à Lyon (gouverneurs militaires de Lyon Garchery et Touchon).

Début 1940 promu commandant, il est affecté à l’état-major de la 2° DLC (Division Légère de Chasseurs). Celle-ci embarque pour la Norvège, mais parvenue en Ecosse est rapatriée d’urgence pour participer à la bataille de France. La 2° DLC est reconvertie dans l’urgence en 40° DI (Division d’infanterie). En dépit de toutes ses insuffisances (canons antichars, transmissions, carburant…), elle prend position sur la Somme : après avoir tenu tête aux allemands, elle est contournée par le sud et se replie sur St-Valéry-en-Caux. Le 12 juin Vallette d’Osia est fait prisonnier, mais il parvient à s’échapper et à rejoindre Clermont-Ferrand, où il rencontre le Général Weygand, qui le dissuade de rejoindre le Général de Gaulle à Londres.

Vallette d’Osia opte donc pour l’armée d’Armistice. A Lyon le général Touchon, redevenu gouverneur militaire pour quelques semaines (son successeur sera le Général Frère) le nomme commandant du 27° BCA à Annecy le 8 juillet. Aussitôt pour ne pas le livrer à l’ennemi, il met en oeuvre le camouflage du matériel, confié au lieutenant « Tom » Morel (200 tonnes de matériel et armement en caches secrètes). Il entraîne activement son unité à la guérilla en montagne. Au printemps 1942 il organise via la Suisse la récupération des évadés d’Allemagne, dont le Général Giraud.

Novembre 1940 place Bellecour, Vallette d’Osia en 2ème ligne

Fin novembre 1942, l’invasion de la zone libre suivie de la dissolution de l’armée d’Armistice amènent Vallette d’Osia à entrer dans la clandestinité (nom de guerre « Faure »). Il participe activement à la création de l’Armée Secrète, dont il devient le chef en Haute-Savoie (1943). Il faut organiser, nourrir, habiller, armer et exercer les nombreux jeunes réfractaires au STO qui s’y réfugient, sans se faire repérer par l’occupant italien puis allemand. Le 13 septembre 1943, il est arrêté, il ne parle pas malgré un interrogatoire musclé à Annecy. Il est emmené à Annemasse, puis à la prison Montluc à Lyon. Emmené en train vers une destination inconnue, il échappe à ses gardiens en sautant menotté par la fenêtre du wagon au sud de Dijon. Aidé et caché par les habitants, il peut rejoindre Lyon, puis la Haute-Savoie et la Suisse. Malgré le danger il participe à une réunion avec Descour chef militaire régional. Il va être suppléé par Romans-Petit chef des maquis de l’Ain.

Vallette d’Osia rejoint Angers, puis par avion Londres. En avril 1944 il est à Alger, où il rend compte aux différentes autorités ; il est promu lieutenant-colonel et est chargé de coordonner les forces clandestines en France avec les troupes régulières, dont le débarquement était en préparation. Il retrouve la France la 27 août. Il rencontre Descour qui l’envoie auprès du général de Monsabert pour coordonner les troupes alliées avec les FFI pour la libération de Lyon le 3 septembre 1944.

l‘insigne de la 27° DIA

Le 7 septembre à Lyon, Vallette d’Osia est chargé par le général de Lattre de créer une Division Alpine (DAFFI) pour intégrer dans une structure régulière 32 bataillons FFI représentant 28000 hommes dans une situation de pénurie où tout manque. Il s’installe à Challes-les-Eaux puis à Grenoble. En décembre la DAFFI devient la 27° DIA (Division d’Infanterie Alpine) et les unités reprennent numéros et traditions d’anciens corps : 7, 13, 27° BCA, 6, 11, 15° BCA, 99° et 159° RIA, 93° RAM. Il reprend l’insigne avec la gentiane sur fond de sommets. Pour Vallette d’Osia devenu colonel, c’est une tâche exaltante, mais aussi une grosse déception, quand à la mi-janvier 1945 le général Molle, lui aussi ancien chef de corps du 27°, vient en prendre le commandement au dessus de lui… Il en devient l’adjoint.

En mars le Général Doyen est nommé au commandement opérationnel de l’Armée des Alpes et ce sera la campagne des Alpes de mars-avril 1945. Vallette d’Osia suit les unités dans leur avance en Italie. Les hostilités terminées la 27° DIA part en occupation en Autriche.

St-Pierre d’Albigny le 10 avril 1945, Vallette d’Osia à gauche

De 1945 à 1952 Vallette d’Osia commande la subdivision de Grenoble, puis comme général il reçoit à nouveau le commandement de la 27° DIA, dont il défend le maintien. De 1955 à 1958 il est directeur du secteur de défense des Alpes. En 1958 Général de Corps d’Armée, il démissionne du service pour protester contre l’abandon de la défense des Alpes comme moyen de formation des troupes d’élite.

Après 42 ans de vie militaire, le général Vallette d’Osia va vivre 42 ans de retraite à Annecy-le-Vieux ; il y écrit ses mémoires. Ce grand soldat dont la devise était : « honneur passe honneurs » est décédé centenaire en 2000. Son nom a été donné au PC de l’actuelle 27° Brigade d’Infanterie de Montagne à Varces.

Article de 2012 / remis en ligne 10/2023

Source : Jean Vallette d’Osia – 42 ans de vie militaire – 2° volume 1939-1945 – ELAH 1988

Le Camp Anglais de St-Germain-au-Mont-d’Or

Le CAMP BRITANNIQUE N° 2 de ST-GERMAIN-AU-MONT-D’OR 1917-1919

POURQUOI UN CAMP BRITANNIQUE PRES DE LYON ?
Pendant la Grande Guerre les britanniques combattent sur le front nord aux côtés des français. Pour renforcer leur corps expéditionnaire, ils vont faire venir en France de plus en plus d’unités en provenance de l’Empire Britannique : australiens, néo-zélandais, indiens et népalais (Gurkhas) et troupes coloniales diverses.
Au début de la guerre les navires transports de troupes traversaient la Méditerranée d’est en ouest, remontaient dans l’Atlantique jusqu’au Havre et Cherbourg.
Avec le développement de la guerre sous-marine en 1916, ces navires deviennent très vulnérables et en fin d’année le Haut commandement britannique décide de débarquer les troupes à Tarente en Italie du sud et de les acheminer par voie ferrée via Milan, Lyon, Paris jusqu’au Havre. Les trains de transport de troupes sont lents et inconfortables, il s’impose vite de prévoir des lieux d’étape pour que les hommes puissent se reposer.

St-Germain-au-Mont-d’Or devenu « British Camp »

LE CAMP DE REPOS BRITANNIQUE

capitaine E. Garton King

Sur cet itinéraire une gare de triage importante se situe à St-Germain-au-Mont-d’Or : c’est là que va être installé le camp de repos n°2 mis en service au printemps 1917, sur un pré prêté par M. de Bellescize entre la gare et le village. Le personnel d’intendance du camp comprenait 14 officiers, 21 sous-officiers et une centaine d’hommes, commandés par le capitaine Eric Garton King.

Les installations consistaient en 150 tentes circulaires pouvant héberger 10 hommes et des baraquements pour les quartiers des officiers, les cantines, les sanitaires et les cuisines, où travaillait une cuisinière française.

L’alignement des tentes

Les trains débarquaient de 700 à 1500 hommes. Entre 1917 et avril 1919 le camp a vu passer de 700 à 800000 hommes en transit dans les deux sens. Le camp ferme en avril 1919 ; son emplacement est appelé depuis le « Pré des Anglais ».

Une troupe en attente de départ



Les malades sont soignés au couvent du manoir fleuri rue du Manoir à St-Germain. La mortalité sera importante au moment de la grippe espagnole fin 1918 et début 1919.

Les personnels de santé

DEVOIR DE MEMOIRE
Les 5 premiers morts anglais sont enterrés dans le cimetière communal ; la commune de St-Germain a ensuite cédé un terrain contigu pour y installer un cimetière militaire britannique, où reposent 105 hommes, anglais, écossais, irlandais, australiens, travailleurs indiens, auxquels sont venus s’ajouter plus tard un médecin et 11 aviateurs de la RAF britanniques et canadien morts en opération pendant la deuxième guerre mondiale.

Le cimetière britannique de Saint-Germain-au-Mont-d’or

Article de 2016 / remis en ligne 09/2023
Sources : Gazette du Musée n°37 1996 / documents : Musée Militaire

Echanges par la Suisse

Les ÉCHANGES HUMANITAIRES ENTRE la RÉGION et la SUISSE en 1914-1918

Dès le début de la Grande Guerre, la Suisse, pays neutre, prend conscience du rôle que sa position entre la France et l’Allemagne va lui faire jouer. Le conseil fédéral et le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) s’organisent pour assurer les échanges humanitaires entre les deux belligérants.
La ville de Lyon, proche de la Suisse devient un acteur majeur des relations humanitaires avec la Suisse.

Les ITINÉRAIRES FERROVIAIRES en SUISSE
Ils relient la frontière allemande au nord à la frontière française à travers la Suisse. Retour ligne manuel
De septembre 1914 à janvier 1917 l’itinéraire va de Singen (Schaffhouse) à Genève, puis Annemasse. En janvier 1917 les trains contournent le lac Léman pour aller jusqu’à Évian et enfin en novembre 1917 leur point de départ est transféré à Bâle.

Itinéraires ferroviaires en Suisse

CIVILS DÉTENUS PAR L’ALLEMAGNE et ÉVACUÉS
Dès septembre 1914 les 2 pays décident de rapatrier les civils qu’ils retiennent. Ne sont concernés que les femmes et les hommes de moins de 17 et de plus de 60 ans. 22000 civils français sont ainsi évacués. Les civils arrivés à Genève prennent le tramway pour rejoindre Annemasse.

Evacués français à Genève avant leur départ pour Annemasse

Par la suite les allemands vont procéder à des expulsions massives de civils belges et français des zones qu’ils occupent. Ce sont près de 500000 « bouches inutiles », femmes, enfants, vieillards dont 320000 habitants du nord de la France qui vont transiter par la Suisse.

Evacués français à Genève

Une bonne part de ce flot de réfugiés arrive à Lyon. Trois organismes sont mis en place pour accueillir et gérer ces rapatriés.
- Le « Bureau de renseignement des réfugiés belges et français » centralise les informations venues de Suisse et d’Annemasse ou Évian. Installé à l’hôtel de Ville, il traite aussi les demandes de rapatriement d’enfants.
- Le « Service de secours et d’assistance » de l’hôtel de ville de Lyon mis en place début 1915 avec le soutien de madame Herriot : assistance en allocations, en placement et en habillement. 25000 réfugiés y seront accueillis.

Madame Herrriot et son équipe dans le grand salon de l’Hôtel de Ville

- Le « Comité de secours aux rapatriés » créé en 1917 par madame Gillet-Motte avec le concours de la Croix-Rouge. Situé au 2 bvd de Belges cet organisme assure la garde des enfants rapatriés et isolés.

PERSONNELS SANITAIRES
La Convention de Genève impose les échanges de personnels sanitaires prisonniers entre belligérants. Sous la pression de la diplomatie suisse et du CICR les échanges débutent effectivement en juillet 1915. 3224 personnels sanitaires français sont rapatriés contre 900 allemands. Dans la dernière année de la guerre les échanges auront lieu régulièrement tous les 2 mois.
Les personnels français arrivés en gare des Brotteaux gagnent à pied le lycée du Parc (HC45). Les allemands regroupés au fort de Sainte-Foy vont à pied à la gare sous surveillance militaire.

Convoi de médecins entrant dans le lycée du Parc

GRANDS BLESSÉS de GUERRE
Suite aux interventions de la Suisse et du Vatican, un accord humanitaire est signé entre la France et l’Allemagne en février 1915 pour l’échange de prisonniers grands blessés ou malades. Le Croix-Rouge suisse est chargée de l’organisation des transferts.
Les convois sanitaires pour la Suisse partent de Lyon. Les blessés allemands sont regroupés à Gerland dans l’enceinte de l’exposition internationale, examinés par des médecins français sous contrôle de médecins suisses avant d’embarquer discrètement en gare des Brotteaux.
Le premier convoi de blessés français venant de Suisse arrive le 2 mars 1915 ; il est accueilli avec les honneurs par les autorités militaires et civiles. Par la suite 160 autres trains sanitaires rapatrieront des blessés français.


INTERNEMENT en SUISSE
La crainte de rendre à l’ennemi des hommes qui pourraient redevenir soldats freine le rapatriement des blessés. Une solution humanitaire intermédiaire consiste à créer en Suisse des lieux d’internement pour les blessés moins gravement atteints et pour les malades. Soutenu par le Vatican ce projet aboutit en janvier 2016. L’internement est organisé par le service sanitaire de l’armée suisse. Le coût de l’hébergement est assuré par les pays d’origine des intéressés.


Les internés doivent travailler selon leurs aptitudes et sont rémunérés.
127 sites sont affectés aux internés français, britanniques et belges en Suisse romande. En janvier 2017, 16000 français sont retenus en Suisse. Les accords de Berne d’avril 1918 accélèrent le processus de libération de certaines catégories de militaires. Au total 37515 français militaires et civils ont été internés en Suisse.

Confection de boites à fromage par des internés français

En sens inverse 10000 allemands prisonniers ont transité par Lyon. L’embarquement se fait de nuit en gare des Brotteaux. Accueillis à Genève par la Croix-Rouge, les futurs internés sont dirigés vers Zurich et répartis dans des sites d’internement en Suisse alémanique.

article de 2016 / remis en ligne 09/2023

Source : photos Roland Racine – Lyon 14-18 – Sutton 2015 / carte François Lescel